Skip to content

Au détour du village de Viñales.

Au détour du village de Viñales.

Quitter la ferveur de La Havane du Centro Habana et le tumulte de la Habana Vieja, pour revenir à une ville à taille humaine, s’imprégner d’une vie plus douce, plus proche de soi; que l’on percevra au détour du joli village de Viñales.

Village de Viñales, Cuba

  • Le village de Viñales !


Dès les premiers pas au coeur du village de Viñales, le coup de coeur se fait sentir. On se laisse porter au gré de la rue principale, de ce petit marché qui s’est installé non loin avec ces étales d’artisanat, de la place du village avec cette belle église, et des artères voisines. On n’hésite pas à tourner de-ci de-là, à se mêler à ces images que nos yeux captent. Toutes ces maisons, ces couleurs, cette architecture aux inspirations coloniales que l’on suppose et soupçonne, cette ambiance…c’est ça Cuba !

Village de Viñales, Cuba

Observer tous ces gens dehors, parents, enfants et grands-parents, il n’y a pas d’âge, pas de frontière. Oui, les voir tous, à parler, échanger, rire aux éclats, accrocher le linge, balayer devant sa porte ou vendre trois tomates sur sa carriole, se taquiner et j’en passe. Qu’ils soient sur un coin de rue, au bord d’une terrasse, d’un rebord de fenêtre, d’un portail et bien d’autre. La vie à Cuba ne se passe pas entre quatre murs mais bel et bien à l’extérieur de ces derniers, été comme hiver.  On regarde amusé toutes ces vieilles voitures filer, ces taxis collectifs, sorte de camions de ferme, bondés, venir « décharger » comme du bétail les cubains qui rentrent du travail, tassés à n’en plus pouvoir. Drôle de spectacle. Le flux semble sans fin et le camion sans fond.

Village de Viñales, Cuba

  • Casa El Almendro !


S’il y a bien une chose que je retiendrais de ce voyage à Cuba, et surtout de ce séjour au village de Viñales ce sera celle-là. S’il devait y avoir un seul et unique visage et prénom, ce serait le sien…Maritza. Si je ne devais vous conseiller qu’une adresse à Cuba, alors ce serait sans hésiter la sienne, la Casa El Almendro.

Village de Viñales, Cuba

Il y a des rencontres qui arrivent par hasard, mais pour celle-ci, on a eu envie de croire qu’elle était non pas dû au hasard, mais bien le fruit de l’évidence. Un joli prénom, Maritza, pour un sacré bout de femme. Un sourire aussi grand que l’île de Cuba d’ouest en est, un coeur gros comme ça et la main tendue qui n’attend que la vôtre pour la serrer et partager un petit bout de chemin, une belle tranche de vie ensemble. On succombe à peine arrivée, tant pour le charme de sa jolie petite maison, que pour le fait de la voir arriver vers nous avec ces trois verres de jugo de piña. On est au paradis, et elle rit de nous voir si gaga de ces jus d’ananas ! Je vous l’assure, il n’y a rien de plus beau et de savoureux que de manger/boire local. Croyez moi, le jour ou vous goûterez un ananas à Cuba, vous réaliserez à quel point c’est le jour et la nuit avec ceux que vous avez pu manger jusque là en Europe.

Maritza c’est cette bonté à l’état pur, qui sourit et balaye d’un revers de main nos excuses, nous qui nous confondons de ne pas avoir pu la joindre pour l’informer que nous ne prendrions pas le bus initialement prévu faute de place, mais plutôt un taxi pour arriver à Viñales, et ainsi lui éviter de nous attendre une bonne demie heure en vain à l’arrêt du bus avec nos trois petits noms griffonnés sur un papier.Village de Viñales, Cuba

Elle nous ouvre la porte de sa modeste maison, et on découvre, touchée par tant de simplicité, une nouvelle facette de cette vie cubaine. Un si petit espace où elle vit avec son mari et sa fille, en pendant des deux chambres qu’elle loue juste en face et à côté de la cuisine, de la petite terrasse où nous prendrons tous nos repas. Quelques blocs communiquent entre eux autour d’une petite cour, ça va, ça vient. Il y a de la vie !

Village de Viñales, CubaVillage de Viñales, Cuba

Maritza, c’est aussi cette cuisinière hors pair ! A Cuba, nombreuses sont les casa particular à proposer en plus des petits-déjeuners, les repas du soir. Plus que jamais, après quelques minutes en sa compagnie et un si bon feeling, on hésitera pas une seconde à lui dire que nous prendrons nos repas du soir ici, et elle nous laisse même le choix de les confectionner au gré de nos envies. Elle comprend très vite au fil des questions, des discussions, que nous ne sommes pas là pour un lit, mais bel et bien pour échanger une tranche de vie. Nous voulons rencontrer Cuba, et ce jour là, nulle doute que nous l’avons rencontré à travers elle. Avec plaisir, elle nous fait découvrir sa culture, son quotidien. On aura le droit le premier soir à des langoustes, et du thon à la plancha pour le deuxième soir, avec à chaque fois, une table garnie plus que de raison de délicieux mets cubains dont les non moins célèbre « moros y cristianos ». Le soir comme le matin, elle a toujours, et surtout naturellement, mis les petits plats dans les grands, et je crois qu’à voir nos yeux qui pétillaient et nos sourires grands comme cela à la vue de chaque repas, cela suffisait à la combler.

Village de Viñales, Cuba

Je garde bien des images du village de Viñales en mémoire, mais nulle doute que beaucoup lui sont attribuées. Je la revois ramasser le pain du jour dans son panier devant la porte d’entrée chaque matin, ou encore acheter des ananas frais à ce petit papy qu’elle connait bien et qui passe souvent aux aurores devant la maison avec sa petite charrette. Je la revois nous confier qu’elle a un ami pêcheur et qu’elle va s’arranger pour qu’on est du thon et des langoustes, directement de la mer jusque dans nos assiettes, en étant prête à prendre la voiture et aller les chercher elle-même. Je nous revois, pendus à ses lèvres, à l’écouter nous parler de Cuba, de cette vie là; et je me revois surtout ô combien chanceuse d’avoir M. à nos côtés pour ce voyage, pour pouvoir jouer les traductrices, parce que Maritza et l’anglais ne font pas bon ménage, et sans M., nous n’aurions jamais pu avoir cette si belle relation avec elle, en savoir, en apprendre autant. A quelques mots de vocabulaire près, on comprend ce qu’elle nous dit, cerne les idées, mais on est bien incapable de lui répondre, alors on assaille M. de questions à lui traduire et poser. Elle nous explique les raisons pour lesquelles elle et son mari ont choisi de devenir casa particular. Bien évidemment pour l’aspect financier, parce que leurs deux salaires ne suffisaient pas; mais aussi pour ce côté humain des rencontres. Bien sur, elle reconnait malheureusement que tous ses visiteurs ne sont pas comme « ses trois petits français » comme elle nous appelle ! De plus en plus, beaucoup oublient ce rapport humain si propre à dormir en casa particular. Mais à son habitude, elle fait fi de ces exceptions pour ne garder en mémoire que ces belles rencontres :)

Maritza, Casa El Almendro, Village de Viñales, Cuba

Ô oui, je me rappelle de cette anecdote, lorsque nous lui avons demandé timidement si elle accepterait de faire une photo avec nous, juste un petit instax; et qu’elle ait accepté à une condition…lui laisser le temps d’aller se pomponner pour être présentable ! On a ri aux éclats, parce qu’on ne s’y attendait pas du tout, elle était si belle comme ça, mais non , ça ne suffisait pas pour elle ! :) J’ai compris surprise, à quel point les cubaines sont coquettes, et à dire vrai en y repensant, c’est ce qui saute aux yeux partout ou l’on s’est baladé. On en revenait pas, lorsque Mili, grande copine de Maritza et elle aussi casa particular (elles étaient ensemble à l’université, et si je me souviens bien, Mili nous a même confié au cours d’une conversation à ce sujet, avoir triché à son épreuve d’anglais, tant elle détestait ça !! haha), nous racontait, qu’un jour, elle avait du faire un détour pour rentrer chez elle, car elle refusait de prendre le chemin classique et que tout le monde la voit ainsi, avec ses pieds plein d’ocre. Pour une podologue, c’était inconcevable !! On a juste trouvé ça fou, que de raser ainsi les murs pour ne pas être vu parce qu’on n’est pas tiré à quatre épingles comme on dit !

Village de Viñales, Cuba Village de Viñales, Cuba

Je garderais longtemps en mémoire ces réveils au son du coq et des cochons, dans le fond du jardin, de ces levés du jour sur la terrasse surplombant la chambre ou nous dormions, avec cette vue au loin sur les Mogotes.

  • Au coeur des ruelles !


Village de Viñales, Cuba

Jusqu’au bout, on aura eu envie au coeur de ce village de Viñales, de s’immerger jusqu’à en boire la tasse. On se sera partagé entre ces beaux instants partagés avec Maritza, et nos excursions aux environs proches.

Village de Viñales, Cuba

On se laissera porter à la lueur de ce soleil qui se couche peu à peu, dans ces rues de terre battue, au gré de ces maisons et de ces petits immeubles, de ce coin plus résidentiel en arrière du coeur du village de Viñales, à regarder ces enfants jouer, ces charrettes aller et venir, ces cochons attachés dans un coin du jardin et dont les heures sont comptées à l’approche du réveillon de la saint sylvestre ! On sera devenu assez blême en soulevant innocemment la remarque « Tiens, c’est marrant, on aurait pas cru mais il y a beaucoup de cochons dans les jardins de certaines maisons » et d’entendre un jeune homme rencontré par là nous livrer l’explication ! Haha. Cuba n’en finissait donc pas de nous livrer ses surprises !

Village de Viñales, Cuba

Village de Viñales, Cuba

Le doux souvenir de ces levers du jour sur le toit de la casa au coeur du village de Viñales, avec la vue de cette brume longiligne. De ces instants suspendus, comme hors du temps. ♥

Village de Viñales, Cuba

  Canon AE-1. Porta 160 iso, Fujicolor C200 (périmée) & Instax.

8 comments

  • Pauline

    mai 11, 2016

    Tu vas trouver cela drôle. Je crois que nous étions à quelques mètres de chez Maritza. Tu as dans ton album une photo de la casa où nous avons dormi (La Casa Pino, celle avec la petite citerne orange sur le toit). Le monde est petit, surtout à Viñales :)

    • Vagabondanse

      mai 11, 2016

      Mais ouiiii ! C’est exactement ce que je me suis dis quand j’ai vu votre vidéo !! C’est en ca notamment que je disais que c’était troublant ! J’avais l’impression de voir certaines de mes photos, comme animées en vidéo. C’est drôle quand même comme coïncidence :) Votre casa était si photogénique !!

  • Rory

    août 4, 2015

    Hanlala tes photos !! <3
    Cela donne vraiment envie, on sent cette impression de "easy going" c'est agréable

    • Vagabondanse

      août 13, 2015

      Merci ma Rory <3 ! Tu as tout à faire raison et bien ressenti la chose, c'est clairement "easy going" et ca te plairait tellement !! :)

  • Jeremy

    juin 29, 2015

    Je veux retourner boire du jugo de pina à Vinales, tout de suite. <3

    • Vagabondanse

      juillet 14, 2015

      Mais TELLEMENT ! Se saouler au jugo de pina *_* :)

  • LadyMilonguera

    juin 26, 2015

    Ce village a l’air bien agréable…

    • Vagabondanse

      juin 28, 2015

      Ah ça oui, il l’est vraiment beaucoup !

Leave a Reply