Skip to content

Cuba, on the road !

Cuba, on the road !

Je vous le confessais en préambule, Cuba ne fut pas un voyage comme les autres, ne fut pas une destination comme une autre. Cuba fut de celle qui se rencontre, au delà de ses apparences, de cette carte postale idéale.
En une petite semaine nous avons rencontré Cuba au fil de ses différents visages, de La Havane à Trinidad, en passant par laVallée de Viñales, sans oublier, au gré de la route. Nous voulions voir le vrai visage de Cuba, lire chaque ride de son visage iodé par ses eaux cristallines. Oui, nous voulions rencontrer Cuba et la route nous a permis d’y parvenir de la plus belle des manières, au gré de ses rencontres, de ses us et coutumes, de sa propagande et de ses réflective portraits !

Cuba on the road !

Cuba, on the road

  • Les rencontres !


Les rencontres. Le ton fut donné dès l’aéroport. Une première immersion avec Lazaro, notre tout premier chauffeur de taxi, qui nous conta un pan de sa vie, de cette région traversée Matanzas qu’il connait tant. Il fut à l’image de tous ces visages croisés, rencontrés, dès lors qu’ils décèlent derrière notre espagnol courant, l’envie d’aller à leur rencontre et non de n’être que des fantômes de passage.

Cuba, on the road Cuba, on the road Cuba, on the road

Je me souviens de Yotán notre autre chauffeur de taxi au sourire attendrissant, avec qui nous ferons près de 200 bornes entre La Havane et Viñales à bord de sa chevrolet de 1950 (!) bleue verte dont il est si fier, qui se livrera à nous sur sa famille et ses deux enfants notamment, allant jusqu’à nous montrer son tatouage au nom de sa fille. Il y a eu tant de prénoms, tant de visages, tant d’histoires, mêmes brèves, mêmes furtives sur le bord d’un trottoir, au détour d’une coursive de balcon, d’un marché. Combien furent déroutés en nous entendant comprendre et parler leur langue, se sont ravisés de vouloir nous tromper en « bons touristes » que nous laissions paraître par nos peaux pâles, et se sont adoucis pour lever le voile et se livrer à demi-mots à nous. Ô oui, combien ! Chacun à leur manière, qu’ils soient chauffeurs de taxi, de charrettes, de bus, casa particular, marchand ou simple habitant… nous aura donné une petite pièce de ce puzzle qu’est Cuba, nous aura apporté une anecdote, une histoire, une blague et que sais-je encore. Ils auront été les premiers à nous faire esquisser ce visage si multicolore de cette île à la croisée des eaux et océans.

Cuba, on the road

Mais finalement, rencontrer Cuba ne se limite pas à ses locaux. L’autre visage de Cuba, c’est aussi celui véhiculé et porté par ses voyageurs qui la parcourent. Plus que dans n’importe quel autre voyage, il a été plus que plaisant de rencontrer toutes ces nationalités et de sentir une telle entraide en cas de pépin, notamment avec les bus ViaZul lorsque le personnel cubain vous tourne le dos et vous laisse livrés à vous même alors qu’ils sont en tort. Je garderais en mémoire ces deux irlandaisAlan & Noëlle, compagnon de taxi entre La Havane et Viñales ou encore Malt cet allemand étudiant en hollandais en Belgique et étant en échange pour quelques mois en Colombie, rencontré au coeur de la Vallée de Viñales, ou encore ce couple qui accepta de nous prendre au bord de la route, à tout juste 10km de l’aéroport de Varadero, dans cette voiture digne d’un film hollywoodien…on ne pouvait rêver plus belle fin à notre voyage cubain !

Cuba, on the road Cuba, on the road Cuba, on the roadCuba, on the road

Les us et coutumes. Au cours de ce voyage, on aura accepté de jouer le jeu et de se plier aux traditions de ce pays, bien souvent avec amusement. On aura très vite compris qu’à Cuba, tout se négocie, et on finira par se prendre au jeu de la négociation, surtout pour les taxis, où l’on cernera très vite le deal. On ne bronchera pas et on acceptera d’emprunter les bus dit « pour touristes » Viazul lorsque ce fut nécessaire, se pliant par la même à leurs aléas et à cette organisation ô combien imprévisible (!). On regardera un brin éberlué, tous ces taxis collectifs si différents et improbables que prennent les cubains, et où ils s’entassent à ne plus pouvoir respirer, donnant l’impression d’une cargaison de bétail. On découvrira par là-même, la manière d’attraper un de ces taxis collectifs et on comprendra ainsi pourquoi et comment cela se fait qu’il puisse y avoir des gens au bord de la route au beau milieu de nulle part. Certains marchent et marchent jusqu’à chopper un taxi collectif quand d’autres préfèrent attendre à un point clef. On trouve ça un peu fou comme méthode et on se demande comment les gens font pour arriver à l’heure au travail le matin, tant les transports sont aussi incertains que peu courant dans certaines zones.Cuba, on the roadCuba, on the road

Avec J., on aura appris à faire la queue à la cubaine devant la CADECA. A Montréal, où que ce soit (notamment pour le bus), on attend en rang d’oignons, c’est comme ca. A Cuba, sous la chaleur écrasante, on cherche vite un coin d’ombre et surtout un coin ou s’asseoir si on pressent que ça va être long. La technique est donc toute autre ! En arrivant sur place, il faut demander « Qui est le dernier? » pour repérer quand sera notre tour, et celui-ci répond « Ultimo ». Le suivant arrivera et posera la même question à laquelle le dernier lui répondra « ultimo » et ainsi de suite. Croyez moi, ce jour là, on aura bien ri (car on a mis un certain temps à comprendre la technique, cherchant tant bien que mal un semblant de fil d’attende! et les cubains auront bien ri de nous on en est sur !) :)

Cuba, on the roadCuba, on the road Cuba, on the road

On se sera mis avec grand plaisir à la cuisine locale, raffolant et redemandant toujours plus de « moros y cristianos », de jugo de piña… On aura goûté pour la première fois de notre vie à de la canne à sucre et on aura bien vite pris goût de mâchouiller et sucer ce petit bâton. On se souviendra de cet « arrêt au stand » en bord de route en direction de la Vallée de Viñales, au beau milieu de rien par notre taxi pour faire une brève pause et où les vendeurs viennent direct à la voiture et (limite!) se battent pour vous vendre leurs petites barres céréales pour une bouchée de pain et ô combien délicieuse. Malheureusement on n’aura jamais réussi à en retrouver par la suite du voyage !

Cuba, on the road

  • Les paysages !


Les paysages. Je pensais Cuba longiligne, de sable et d’eau cristalline, colorée et bien rangée, comme sur cette carte postale toute dessinée. La surprise fut grande que de la découvrir si hétéroclite, escarpée, bousculée, parfois même défraichie. On voulait rencontrer Cuba en dehors des sentiers battus, et tous ces kilomètres avalés, toutes ces routes, ces sentiers, de bitume ou de terre, nous l’ont confirmés. On a ouvert grands nos yeux devant une telle disparité de paysages, d’ambiance, de similitudes et de contradictions. Un joyeux mélange qui souligne une fois de plus la richesse insoupçonnée de cette île.

Cuba, on the road

Cuba, on the road

Cuba, on the road

Je me souviens dès l’approche aérienne, par le hublot, de cette végétation si abondante, de ce bras de rivière qui serpente et pourrait faire penser à une vue de l’Amazonie. Ou bien encore, lors de ce petit détour que notre premier chauffeur de taxi fera pour nous, pour nous emmener sur les hauteurs de cette région Matanzas et l’apprécier à sa juste grandeur, depuis lePont de Bacunayagua qui traverse la Río Yumurí. Le tableau était dressé !

Cuba, on the road Cuba, on the road

Cuba, on the road

La carte postale prenait peu à peu vie, surtout lorsqu’il nous lâcha à Santa Maria del mar, peu avant La Havane. Une première immersion pour se mettre dans le bain, toucher du doigt ce mythe, cette eau cristalline à la température si douce, ou l’on y plonge sans le moindre frisson glacé. L’immensité du Golf du Mexique pour vous. Une image forte que je garderais à l’aller comme au retour, puisque sur conseil de notre dernier chauffeur de taxi, il nous déposera à la plage El Mamey, littéralement une petite crique au cadre plus que paradisiaque à 10km de l’aéroport de Varadero, pour profiter des quelques heures qui nous restaient avant d’embarquer et de retrouver la neige et les températures négatives de Montréal !

Cuba, on the road

Oui, une image forte de ce voyage, la toute première un certain 27 décembre 2014, puisque c’est littéralement au beau milieu des  eaux turquoises du Golf du Mexique, entre deux vagues, que J. se lança et me murmura au creux de l’oreille cette petite phrase, avant que je n’ouvre les yeux et découvre cet écrin qui se présentait sous ces derniers. Du rire au larmes, de l’étreinte au baiser salé, et ces trois petites lettres répondues sous l’émotion et la surprise… :)

Cuba, on the road

( Photo : GoPro – Djisupertramp )

Cuba, on the road Cuba, on the road Cuba, on the road Cuba, on the road Cuba, on the roadCuba, on the road

Cuba, on the road

Oui, Cuba c’est cette diversité, tous ces palmiers mais pas que ! C’est aussi ce visage plus marqué dès lors que l’on s’aventure à l’intérieur des terres, au gré de ces petits villages, hameaux. Ces longues routes qui deviennent de vraies montagnes russes lorsqu’on se retrouve assise sur la banquette arrière d’un taxi des années 50 sans la moindre ceinture de sécurité, le visage fouetté par le vent qui s’engouffre dans l’habitable, parce qu’une partie des fenêtres est manquante ! (Sur l’instant, je n’ai même pas voulu imaginer un seul instant ce que ça devait être par temps de pluie !!). Découvrir derrière ces abords de plat pays, des reliefs escarpés, montagneux dissimulés sous une épaisse couche de végétation. Tomber amoureuse de ces Mogotes au coeur de la Vallée de Viñales, se laisser surprendre par cette petite passerelle sur pilotis au beau milieu de nulle part… Ce ne sont pas les souvenirs qui manquent !

Cuba, on the road Cuba, on the road Cuba, on the road Cuba, on the road Cuba, on the road Cuba, on the road Cuba, on the road

  • La propagande !

La Propagande. Rencontrer Cuba c’est aussi s’imprégner de sa culture, et cela passe au coeur des villes, mais plus encore à l’extérieur de celles-ci je trouve, de toute cette propagande véhiculée, de ces références constantes à la politique, à l’histoire du pays, passée ou actuelle. Combien de visage du Che avons nous croisé ? De gloire en son nom, de modèle à suivre ? Et puis cette vision surprenante mais ô combien significative, au moment où nous y sommes allés, reflet du climat tendu et discussion sur toutes les lèvres, de la levée de l’embargo des Etats-Unis, avec cette affiche qui parle à elle seule sur la situation depuis 50 ans… « Bloqueo ».

Cuba, on the road Cuba, on the road Cuba, on the road

  • Reflective portraits !

Reflective portraits, cuba

Réflective Portraits. Chaque voyage en comporte son lot, il était donc évident que Cuba n’allait pas déroger à la règle et me permettre de poursuivre et d’ajouter un chapitre de plus à ma série. Une fois n’est pas coutume, qu’ils soient en intérieur ou en extérieur, tout médium est un terrain de jeu, du miroir à la vitre, sans oublier l’éternel rétroviseur. Ceux de Cuba firent particulièrement mon bonheur, tant avec de vieilles voitures, il y avait de quoi faire !Reflective portraits, cuba Reflective portraits, cuba Reflective portraits, cuba Reflective portraits, cuba Reflective portraits, cuba Reflective portraits, cuba Reflective portraits, cuba Reflective portraits, cuba Reflective portraits, cuba

  Canon AE-1. Porta 160 iso, Fujicolor C200 (périmée).

4 comments

  • rory

    septembre 26, 2015

    Quel beau carnet j’ai vraiment eu l’impression de t’accompagner sur ces routes cubaines. Que de belles rencontres et souvenirs dis donc !
    Et ces voitures !! Je deviendrais juste ouf là bas :D
    D’ailleurs les refective portraits avec les voitures sont particulièrement réussis.
    Des bisous ma Sam <3

    • Vagabondanse

      septembre 27, 2015

      Hahaha m’en parles, je savais plus ou donner de la tête avec les voitures, et j’avais la furieuse impression de ne prendre que ca en photo ^^. Mais c’est juste fou, on a tellement l’impression d’être dans une autre époque !
      En tout cas merci pour ta fidélité ma Rory et tous tes petits mots au long de ce carnet, je suis plus que ravie de savoir que j’ai réussi à te transporter avec moi à Cuba, comme tu le fais si bien en ce moment dans votre périple !
      Pleins de bisous ma Rory <3 Ta bouille me manque tant !

  • Mili - The Flying Dutchwoman

    septembre 25, 2015

    C’est tout poétique, j’aime beaucoup ton carnet sur Cuba.
    C’est une île qui me fait rêver, pour tous ses contradictions, ses paysages et son histoire… et en voyant tes photos et en te lisant, j’ai eu un peu cette impression d’y être allée, le temps de ma lecture. Merci pour cette évasion guidée :)

    • Vagabondanse

      septembre 27, 2015

      Merci beaucoup Mili c’est adorable, tu ne peux pas me faire plus plaisir avec un commentaire pareil !! :) Ce n’est peut être pas la première destination qui nous vient en tête quand on pense à partir en voyage, pourtant elle vaut vraiment le détour ! :) Je te souhaite sincèrement d’avoir l’occasion de t’y rendre un jour !

Leave a Reply