Skip to content

Pacific Northwest : Postcard from Lake Cushman !

Pacific Northwest : Postcard from Lake Cushman !

Nous en avions en tête, des images du Lake Cushman, ô oui nous en avions, mais pas de celles là. Nous en avions une idée sous un épais brouillard, dans cette ambiance si mystérieuse, avec ces teintes de vert, ces ocres rougeoyants; alors quelle ne fut pas notre surprise en ouvrant la portière de la voiture et le découvrant sous un grand ciel bleu et soleil.

Lake Cushman

Ce deuxième petit déjeuner est à nouveau royal, dans un pareil cadre, face à ces monts, cette montagne encore enneigée sur les sommets. On se régale de la quiétude des lieux, bercé par le bel échange de ce grand père et de son petit fils, guettant que l’hameçon frétille et la ligne s’agite. On rencontre notre mystérieux écrivain au Camp Store et la remercions chaleureusement pour sa délicate attention de la veille; et redoublons même ces derniers remerciements lorsqu’elle nous annonce nous faire grâce de la première nuit, au vue de l’heure bien tardive à laquelle nous sommes finalement arrivés et du fait que nous ne sommes pas du coin, pas du pays même !

Lake Cushman (1) Lake Cushman (2) Lake Cushman (3) Lake Cushman (4)

Le lieu est majestueux, je peste contre cette angoisse chevillé au corps qui se rappelle à moi, lorsque j’aperçois au bord du ponton, quelques embarcations. J’ose imaginer la vue depuis l’eau, sur un canoë. Le Lake Cushman est si grand, les facettes de son visage si vastes. Nous le pensions unique, et finalement en sommes surpris en venant ici. Nous ne connaissions pas cette vue sur lui depuis le ponton de ce camp. On se laisserait bien tenté par l’une de ces randos dont elle nous a parlé, mais l’heure tourne et nous avons déjà notre petit idée d’où nous rendre aujourd’hui. Car si nous sommes venus jusque là, ce n’est pas uniquement pour le Lake Cushman, à vrai dire, il fut comme Seattle. Une excuse. Une belle excuse pour rebondir et aller là ou nous voulions réellement nous rendre.

Lake Cushman (5)

Au deuxième jour du road trip tu as réalisé un rêve en allant voir des orques, ce matin ci, pour ce troisième jour, c’était à mon tour de réaliser mon rêve. Je le voulais par-dessus tout, alors on l’a cherché coûte que coûte. On a rassemblé nos souvenirs, tout ce qu’on en avait lu, tout ce qu’on nous en avait murmuré à demi-mots. On s’est plongé dans cette carte sur le bord de cette route, à l’entrée de Hoodsport. On est même allé jusqu’à réveiller cette dame et ce monsieur d’un certain âge au visitor information, en vain. Oui nous connaissions le deuxième, mais non, c’était bel et bien le premier que nous cherchions, celui-là même dont ils ignoraient l’existence malgré leur enracinement à la région. On sourit, on laisse un petit mot sur le livre d’or. Des français par ici, c’est si rare qu’ils y tenaient à l’avoir marqué noir sur blanc. On rit et on remonte en voiture. On emboîte les pièces du puzzle au mieux, on suppose la forme des pièces manquantes et on s’enfonce. Il était hors de question de repartir de là sans l’avoir trouvé, pas après tous ces miles, tout cet espoir et cette attente.

Lake Cushman (6)Lake Cushman (7) Lake Cushman (7)Lake Cushman (8)

La route serpente, le puzzle prend peu à peu forme. Le goudron laisse place à la terre, aux graviers. Il est trop tard pour faire demi tour, pas si près. Je trépigne, scrute l’horizon. Et si c’était là, juste devant nous ? L’insoupçonné se mérite. On attrape nos sacs et on finit en s’enfonçant sur ce chemin à pieds, on saute ce petit cours d’eau, on dévale ce petit ravin escarpé et le remonte tout aussi vite de l’autre côté. On se griffe avec ces branches, s’agrippe à certaines d’entre elles. Les pas s’enchaînent et je ne parviens pas à réaliser que nous y parvenons. Le soleil et à son point culminant, lorsqu’à la dernière bosse, dernière petite escalade je l’aperçois. C’est surréaliste. Ô oui, je crois que tu te souviens de mes yeux écarquillés, de mon sourire jusqu’aux oreilles lorsque je me suis retournée vers toi et t’ai écrié « Il est là!! ». Je l’avais devant les yeux mais n’y croyais pas. Non, vraiment, ne réalisais pas que nous l’avions fait, que nous l’avions trouvé, CE pont. ♥

Thatnwbridge (9)Thatnwbridge (10)Thatnwbridge (11)Thatnwbridge (12)

Plusieurs semaines, mois en arrière, je le découvre par hasard sur cet instagram, le retrouve sur celui-ci aussi, puis celui-là; ces photographes passionnés par leur région, cette PNW. Je le vois sous un épais brouillard, l’ambiance est telle, les couleurs, ce mystère couplé au risque. Le lieu semble mythique, leurs photographies sont captivantes. Un coup de coeur photographique. L’envie certaine qui naît de se promettre d’aller y mettre un jour les pieds. Ô oui la promesse tenace; sans soupçonner un seul instant que ce jour arriverait plus vite que prévu. C’était impossible ! Et pourtant…il est là, sous mes yeux, sa creek est sous mes pieds, derrière ces lattes de bois rongées par les intempéries et le temps, cette architecture massive en fer. On prend notre élan, on saute et on enjambe pour y accéder. J’avance d’un pas serein et certain, tandis que tu restes en retrait, sentant la peur du vide et de la hauteur t’agripper, alors qu’elle m’appelle et me happe presque. C’est étrange, pour certain le vide effraie, pour moi, il m’aspire et m’inspire.

Thatnwbridge (13)Thatnwbridge (14)

Mes yeux accrochent les moindres recoins de ce paysage éclatant sous ce soleil de plomb. Le vent s’en mêle, ma peau rougit mais qu’importe, l’instant est bien trop magique pour y penser. Nous y voilà, thatnwbridge. Nous en rêvions, nous l’avons fait. Ce pont était à nous pour les prochaines heures. Il n’y avait que lui et nous. Pas un bruit, si ce n’est le clapotis de l’eau en contre bas, 106m sous nos pieds. On l’immortalise. On s’assoit au bord de ces lattes comme pour mieux réaliser, s’imprégner de cette sensation qui s’en dégage, face à cette vue, ce vide béant. On réalise sans vraiment y croire. On est perdu dans nos pensées, si bien qu’on ne se souvient plus vraiment du visage de ce couple et de cet enfant, croisé sur le chemin du retour à qui on décochera un sourire et un bonjour. Pourtant l’histoire est belle, puisque c’est devant leur airstream que tu poseras fièrement avant de reprendre la voiture, que je te prendrais en photo; et dont quelques jours plus tard tu retrouveras la trace sur instagram, par le plus grand des hasards, en recherchant des photos de ce pont. La coïncidence est drôle ! Vous vous mettez à échanger, car eux se souviennent très bien de nous. On découvre leur projet fou mais ô combien passionnant de parcourir tous les parcs nationaux des états-unis. Quelle anecdote !

Thatnwbridge (15) Thatnwbridge (16)Lake Cushman (17)Lake Cushman (18)Lake Cushman (19)Lake Cushman (20)Lake Cushman (21)Lake Cushman (22)

L‘après-midi a filé quand nous regagnons le bord du Lake Cushman. Nous avons refait le chemin inverse, traversant ces paysages, ces lieux dits et tachant de mettre de l’ordre dans nos émotions, dans ces morceaux de puzzle que nous venions de compléter. Je tente de mettre des mots sur tout cela, mais ca semble bien impossible tant il faut le ressentir pour le comprendre. Ce mélange d’excitation et de peur, face à la liberté maîtresse, encore une fois. Aucune barrière, ni physique ni émotionnelle pour vous retenir. Voir toutes ces images vues et revues auparavant, prendre vie sous ses yeux; prendre part à cette envie émergée quelques mois plus tôt, ce rêve un peu fou, projeté.

Lake Cushman (23)

On se pose au bord du lac, sur l’une de ces tables pour dîner face à cette vue et revoir ces images que l’on venait de faire. Il n’y avait qu’à voir nos yeux, nos sourires lorsque nous en parlions ce soir là. Nous connaissions le calendrier des prochains jours, la prochaine destination après le Lake Cushman, oui. Oui mais, nous n’avons rien eu besoin de nous dire lorsque nous nous sommes regardés dans la voiture avant d’éteindre la frontale et de dormir. Oui, il était impossible que nous repartions de là sans y passer une dernière fois demain. Nous en étions trop près pour ne pas étirer en longueur ce rêve. Oui, le Lake Cushman aurait indéniablement ce souvenir harnacher à lui, la plus belle excuse qui soit. Bon, avec également le souvenir de cette douche de fortune à 1$ ! A rire aux éclats dès le temps imparti fini et te voir te ruer vers le petit boitier rouillé pour y insérer une nouvelle pièce de 25 cts et réenclencher un cycle d’eau chaude !

Lake Cushman (24)

Ce matin là, nous plions bagages avec le coeur serré de ne pas avoir soupçonné que nous pourrions passez plus de temps au Lake Cushman, tant il y a à découvrir, à arpenter, tant le cadre et leurs propriétaires étaient adorables, tant on prend vite goût à dormir ainsi, loin de tout, couper du monde. Ô que oui on reviendra. Cette région est bien trop vaste, bien trop magique pour ne s’en contenter que d’une escapade, une seule et unique fois. Après en avoir eu un aperçu sous un grand soleil et ciel bleu, on rêve désormais de la découvrir sous le brouillard épais, le ciel laiteux et une fine pluie. ♥

Thatnwbridge (25) Thatnwbridge (26)

La nuit est passée mais lui n’a pas bougé. Le chemin reste le même, la hâte et l’impatience pour l’atteindre, grandissantes. L’effet demeure, ce sourire qui s’agrandit sur mon visage à mesure qu’on l’aperçoit à travers les arbres. Cette fois-ci, il est hors de question d’en repartir sans l’avoir traversé. La peur et l’angoisse de la veille t’ont déserté, tu as gagné en serénité. Assez pour me suivre et enjamber le milieu du pont ou les lattes manquent quelque peu, rongées par le temps, brûlées par la foudre. On s’enfonce au delà des dernières lattes, derniers rails. On y découvre une autre facette, un paysage tout aussi impressionnant. Je ne parviens pas à me dire qu’il y a plus de 50 ans, des trains passaient là. Ca semble impensable quand on voit l’état du terrain aujourd’hui, à quel point c’est vallonné, escarpé.

Thatnwbridge (27)

On s’enfonce légèrement au terme de celui-ci avant de revenir vers lui, suivre ses rails cabossés, de le traverser une dernière fois. On savait que ce serait la dernière fois avant la prochaine. Mais on ignorait que ce serait vraisemblablement la dernière de notre vie. Quelques semaines plus tard, nous apprenions le coeur serré que le pont avait été fermé. Comme beaucoup, nous avions bravé l’interdit en s’y rendant, en y grimpant, le traversant. On garde secrètement l’espoir qu’avec le temps, les choses se tassent, que la police déserte et qu’on puisse à nouveau y accéder. En attendant, on garde au creux de nos têtes cet ouragan de sentiments ressentis en y allant, ce brin d’inconscience peut être, mais cette pointe de folie qui vous donne la chair de poule et vous fait vous sentir vivant. Quel doux souvenir que celui de réaliser un rêve à temps, lorsque l’on sait à quel point tout peu basculer du jour au lendemain.

On the road (28) On the road (29) On the road (30)Columbia River Gorge (31)

Le sourire jusqu’aux oreilles on reprend la route, cap au sud. Les miles s’enchaînent, le compteur de la Waorca en prend un bon coup. On passe Porland en lui disant « A demain » et on file à la lueur de ce soleil orangé de fin de journée, longer la Columbia River Gorge. On s’enfonce vers l’intérieur, grimpons pour gagner un peu de hauteur, jusqu’à arriver au Women’s Forum et à cette vue ♥ Regarder serpenter la frontière entre l’Oregon et Washington le long de la Columbia river, et penser à l’un de ces nombreux fjords vu et traversé quelques années en arrière en Norvège.

Columbia River Gorge (31)Columbia River Gorge (31) Columbia River Gorge (31)

On pousse jusqu’à la Vista House pour profiter jusqu’au dernier moment de ce soleil rasant, avant de mettre le cap sur le Lost Lake. Cette journée n’y échapperait pas. A nouveau, nous arriverions de nuit. Après avoir passé près d’une heure pour faire 26 miles (!) et senti les haut-de-cœur me gagner à mesure qu’on s’enfonçait sur cette petite route dans une nuit noire dès plus totale, sans y voir vraiment la fin. Nous croiserons (réveillerons ?!) le ranger avant qu’il ne nous indique ou nous garer, qu’on se brosse une nouvelle fois les dents à la frontale et à la gourde avant de s’écrouler de fatigue, en imaginant le paysage qui s’offrirait à nous au réveil le lendemain, face à ce Mont Hood

9 comments

  • Katia

    octobre 20, 2014

    Tout est gravé en mots, en photographie, chaque petit détail et c’est tellement plaisant!Je me souviens de cette photos sur instagram, sur ce pont.Quel plaisir aujourd’hui de découvrir les « coulisses » de cette photo, le pourquoi du comment, ton rêve et ton ressenti. Instagram est cette petite fenêtre et ton blog en est la maison entière.Une simple photo qui prend vie et tout son sens ici, au fil de ton récit.D’une photo vue sur le net, d’un coup de cœur que tu transformes en rêves réalisé, juste avant que ce pont ne soit fermé, c’est magique, c’est le bel hasard de la vie.

  • Big Calm

    septembre 19, 2014

    C’est super pour toi d’avoir retrouvé ce pont qui, apparemment, était même inconnu des locaux (et surtout, d’y avoir été avant sa fermeture) ! Et je n’ose imaginer la sensation procurée au moment de marcher dessus. Tu parles d’attraction du vide et je comprends très bien, je pense que j’aurais éprouvé à peu près la même chose.
    Les 2 dernières photos sont superbes, ça laisse aujourd’hui une très belle « carte postale » à suivre en tout cas !

    • Vagabondanse

      septembre 22, 2014

      Oh mais oui c’était vraiment fou que ces deux locaux ne le connaissent pas :o ! Il faut dire qu’il y a un mystère qui tourne un peu autour, il est très connu sur Instagram et par de nombreux photographes, mais il n’y a que son nom qui circule; pour le trouver, il faut s’y frotter et le chercher sur le terrain…mais quel récompense lorsqu’on y parvient *_*
      Merci beaucoup en tout cas pour tes jolis mots à chaque fois ♥

  • Corinne (Couleur Café)

    septembre 19, 2014

    Le paysage autour du lac est magnifique !

    • Vagabondanse

      septembre 22, 2014

      Ô que oui il l’est, et ce n’est qu’un dixième que l’on voit là !! C’est dire, tant il y a à voir autour et faire *_*

  • Aurélie

    septembre 19, 2014

    Je rejoins Séverine, tes photos sont aussi belles que ton récit. C’est toujours très émouvant de réaliser un rêve… et cela se sent dans tes mots.

    • Vagabondanse

      septembre 22, 2014

      Merci Aurélie ♥ ! Ce rêve avait une saveur si particulière, et puis le ressenti en l’écrivant était tout particulier, en sachant qu’aujourd’hui le pont est fermé :/

  • Severine - Native du Monde

    septembre 19, 2014

    C’est très beau, tant les photos que le récit. C’est chouette de vous donner les moyens de réaliser vos rêves!

    • Vagabondanse

      septembre 22, 2014

      Merci beaucoup Séverine !! J’y tenais tellement à ce rêve et en même temps, il me paraissait si impensable, tout du moins, si proche dans le temps. Même aujourd’hui, je peine à réaliser que je l’ai fait :)

Leave a Reply