Skip to content

Poland, sur les traces du Souvenir, à Auschwitz.

Poland, sur les traces du Souvenir, à Auschwitz.

Lorsque P. & M. m’ont appris leur déménagement en Poland, passée la surprise de la destination, c’est bien une des premières choses à laquelle j’ai pensé. L’occasion était trop belle; la férue d’Histoire que je suis, allait enfin pouvoir mettre les pieds dans ce haut lieu de Mémoire. J’ai l’intime conviction, que tout être qui se respecte, peu importe sa nationalité, et qui se sent un tant soit peu concerné par son histoire, et plus largement par l’Histoire, se doit d’aller au moins une fois dans sa vie à Auschwitz.

sur le camp

Je ne vous referais pas l’histoire ici, puisqu’on l’a tous eu à l’école, à différents degrés, mais une chose est sûre, il s’agit là et de loin, à mon sens, du plus incontournable de tout le pays, si vous venez à vous rendre en Poland.

J‘ai tellement attendu ce jour où je pourrais enfin passer du théorique à la pratique, après tous ces cours d’Histoire au collège, ces cassettes vidéos; que je m’y suis un peu préparée à la manière d’un pèlerinage. Comme je m’étais préparée en classe de première au pèlerinage de Taizé.

vue du camp
vue du camp

C‘était en Février 2010, il faisait un froid glacial. Nous sommes arrivés en cours de matinée, il n’y avait pas foule et tant mieux, je crois qu’il n’y a pas meilleure période pour « visiter » Auschwitz, s’en imprégner comme il faut. La neige était encore tombée en abondance les jours précédents, et offrait un spectacle à vous faire frissonner.

Vue de l'entrée du campvue de l'entrée du camp

On dit bien souvent que l’Homme à la faculté de pouvoir anticiper, se préparer aux choses, aux événements; seulement dans certains cas, cela relève de l’impossible et on se laisse submerger par ces vagues qui déferlent à gros rouleaux. Tout m’est revenu en pleine figure lorsque je suis entrée dans le camp, ai franchi cette porte. Le temps était maussade, un fin brouillard flottait et rendait l’atmosphère encore plus pesante; comme si l’Histoire en elle même dont regorge le lieu ne suffisait pas pour se sentir mal. Des conditions qui vous chamboulent, vous bousculent et vous donnent ne serait-ce qu’un dixième, idée de ce qu’ils ont pu vivre entre ces murs, ces barbelés au moment de l’hiver. J’avais beau avoir des tonnes de couches de vêtements sur moi, je crois n’avoir jamais eu autant froid qu’à ce moment là, toutes ces heures durant.

vue du campvue du camp

Je me suis aventurée le long de ces allées de terre battue, parfois même me retrouvant seule, dans le silence le plus complet. Paradoxe saisissant que d’être ainsi « perdue », seule, alors que par le passé des gens ont grouillé ici, se sont entassés jusqu’à ne plus pouvoir tenir. Autant de ressentis de constats qui peinent à trouver une quelconque logique, une quelconque évidence. Tout semble tellement surréaliste. Notre vocabulaire manque de mots, on le sait tous. J’avais beau ouvrir la bouche, rien ne sortait si ce n’est cette fumée qui tentait de créer l’illusion d’un corps chaud qui se sentait imploser sous une enveloppe corporel des plus glaciale. Pas un seul moment ou mes yeux ne se sont pas desséchés, ont cessé d’être gorgés jusqu’à voir trouble. Je crois bien que j’aurais pu rester des heures, figée ainsi, comme si mes pieds s’arnachaient à cette terre boueuse, à me dire que tout ne pouvait qu’être illusion. Que ce cauchemar qui s’offrait à mes yeux ne pouvait avoir été réel un seul instant. Que l’être humain, n’a pu imaginer, penser et commettre un seul instant tout cela.

vue du campintérieur du camp

Vous savez à quel point, j’ai eu de cesse de vous dire par ici, que j’ai pris des claques dans ma vie, au travers de tout ce que j’ai pu vivre par le biais de mes voyages; et à quel point je suis convaincue que parfois, cela fait le plus grand bien, peu importe que celle-ci soit positive ou négative, l’impact en est tout aussi important et changeant sur soi. Autant vous dire, que la gifle cinglante que je me suis prise ce jour là, est de loin l’une des plus marquantes, pour ne pas dire LA plus marquante de ma vie jusqu’à ce jour. Je l’espérais, j’ai fini par l’attendre, et aussi violente fut-elle, je n’ai aucun regret, et si c’était à refaire, je sauterais dans un avion dès demain.

J‘ai erré sur ce sol craquelé et grinçant sous le vent polaire, en quête de réponses, cherchant inlassablement à faire taire et remplacer ces points d’interrogations. C’est en arrivant dans ce bloc, en grimpant ces marches et en me postant devant cette vitrine, seule, au beau milieu de cette pièce, que je compris qu’il n’y en aurait pas. Qu’il ne pouvait y en avoir. Les vitrines ne sont pas ce qui manque, tantôt on y trouve des montagnes de valises, ou bien un amas de paires de lunettes, ou encore de brosses et autres peignes. Oui mais, ce n’est, ceux ne sont qu’une introduction à celle-ci. A mon sens, la pire de toutes. Derrière les immenses vitres de cette vitrine, cinq à six mètres de long (peut-être même plus), sur deux à trois mètres de profondeur, déferlent des collines de cheveux humains. Le choc visuel en est d’autant plus impressionnant, que cette vision vous apparaît totalement surréaliste. Comment est-ce possible ? Comment peut-on… Je ne saurais dire combien de temps je suis restée ainsi, pétrifiée devant ces vitres; assez pour avoir des haut-le-coeur et revoir défiler toutes ces images. Si j’avais jusque là tenu bon toute expression d’émotivité; la retenue implosa devant ce spectacle et le silence de cette pièce qui revenait en écho à mes sanglots. La vérité est toujours aussi cinglante lorsqu’elle vous apparaît dans sa plus simple apparence.

mur des fusillés Bloc et barbeléschemin de barbeléschemin de rondevue du camp

Lorsque j’ai refait surface, le soleil avait également réussi à faire une percée et venait de transformer l’ambiance d’une pâle froideur en une étincelante chaleur. En une fraction de temps, tout était différent. Un sentiment tout autre planait désormais. Je ne saurais véritablement l’exprimer, comme si la douleur avait laissé place à la sérénité.

D‘allée en allée, de bloc en bloc, la boucle fut bouclée, quand bien même demeure le sentiment tenace de ne pas en avoir fait le tour complet; de ne pas avoir pris le temps comme il le fallait. Ce n’est que partie remise comme on dit. Un petit coup de voiture plus tard, nous voici devant la non moins imposante et « mythique » entrée du camp d’Auschwitz-Birkenau.

vue de l'entrée

Changement de décor pour une histoire similaire, identique. La journée avance, les heures défilent et l’affluence se fait sentir, quand bien même cela reste du domaine du raisonnable; le froid aidant à en décourager plus d’un. Cette fois-ci, l’approche est toute autre, bien plus lointaine, plus impersonnelle, traditionnelle. Si le sentiment demeure semblable en surface, il en est bien différent en profondeur. La confrontation est moins saisissante, je me sens moins enrôlée et prend tout cela avec une certaine distance.

vue intérieure du campvue d'un mirador entrée du camp

L‘approche est ici bien plus visuelle que textuelle. On se laisse conduire le long des rails, des miradors, des énièmes barbelés, tranchées. Tout est à porté de mains et on se sent de taille face à tout cela. On pense pouvoir gérer, maîtriser, mais on se sent rapidement chanceler à l’approche de l’un de ces rares « cabanons », survivance d’une réalité passée qu’on a tenté par tous moyens de faire taire au travers des flammes. De la neige par monticules, de l’eau jusqu’aux chevilles et de la boue, en guise de sol; de vulgaires bout de bois assemblés comme un jeu de kapla en guise de lit, des conditions d’hygiène qu’on ne préfère même pas entendre tant la réalité fait froid dans le dos.

cabanonvue intérieure

Mais en vérité, si jusque là on n’a fait que chanceler sans jamais trébucher; l’effondrement arrive lorsque l’on gravit les quelques marches du mirador d’entrée et arrive au sommet de cette tour de garde. Le spectacle n’en est que plus estomaquant. Le bout du nez collé aux vitres frêles et glacées on découvre une sorte de jeu de duplo à perte de vue. Se succèdent jusqu’à ne plus discerner, ces tours de cheminées ; seul vestige de ce qui n’a pu s’embraser et partir en fumée. Ne demeure au sol que le tracé de ces baraquements. On n’ose à peine compter, de peur de voir les chiffres s’affoler, se souvenir du nombre bien trop important (de toute manière) d’âmes qui sont passées entre ces barbelés.

Vue du camp

On ne peut ressortir indemne d’une telle épreuve, d’un tel voyage, de pareille confrontation avec l’Histoire, son histoire en tant qu’individu, être appartenant à ce monde. Une part de soi se sent apaisé, en paix, après avoir pu enfin mettre des images visuelles concrètes sur ce théorique enseigné pendant de nombreuses années. Le sentiment d’avoir accompli son devoir, ce devoir de Souvenir, de Mémoire, qui nous semble personnellement fondamental. Un certain apaisement couplé à une rage tenace d’incompréhension. Se demander comment à l’époque, bon nombre ont pu ignorer tout cela, comment ces villageois alentours ont pu fermer les yeux de la sorte. Comment, à l’aube du vingt et unième siècle, ce (trop) grand nombre persiste à faire fi de tout cela, parler de machination, de pure invention ? L’être humain n’en finira pas de me surprendre. J’ai beau faire preuve d’une grande ouverture d’esprit et être enclin à la discussion, je ne peux réprimer ce bouillonnement lorsque j’entends ces gens, ces natifs du pays nier en bloc l’Histoire qui est rattachée à ce dernier. Comment ? Comment peut-on être à ce point dans le déni ? Heureusement, la vie est faite de belles surprises, d’étonnantes rencontres. Quand certains s’enlisent au travers d’une vérité qu’ils ne distinguent qu’entre des oeillères et la prennent pour argent comptant, d’autres persistent à ressentir une culpabilité qu’ils n’ont vécu qu’indirectement et se confondent en excuses au nom de leur aïeux, de leur pays, de leur patrie si chère.

Je ne me souviens plus si je vous ai déjà raconté cette anecdote ou non, cette incroyable scène à laquelle j’ai assisté lors de mon passage à Berlin à l’été 2011, au beau milieu d’une rame de métro, entre ce grand-père allemand et ces deux jeunes adolescents russes. Ils peinaient à se retrouver sur le plan et ses différentes lignes, quand un papi, ancien professeur d’anglais se permit de s’introduire dans leur conversation et de leur venir en aide pour y voir plus clair. Ils furent ravis de cette initiative et se sentirent tout de suite bien plus rassurés. De fil en aiguille la conversation s’entame, je laisse traîner mes oreilles, tachant par la même occasion de parfaire mon anglais, sans me douter un seul instant de ce qui allait suivre. Le retraité leur demande d’où ils viennent. Moscou répond le jeune garçon. Il lui demande alors dans la foulée si ses grands-parents sont encore vivants. Le jeune homme hésite, ne comprenant pas bien ou ce dernier veut en venir, et répond par l’affirmative. Je suis à ce moment perplexe, et trouve la curiosité de cet homme un peu trop poussée; mais je ne suis pas au bout de mes surprises…
Soudain se produit, sous mes yeux ébahis, ce à quoi je ne pensais jamais assister, même en 2011. Le grand-père, avec le visage empreint d’une profonde tristesse et sincérité s’est adressé au jeune garçon et lui a prié, quand il rentrerait dans son pays et verrait ces derniers, de bien vouloir s’excuser auprès d’eux. S’excuser pour ce qu’il avait fait. Ce que l’Allemagne, son pays, avait fait. Ce que les allemands ont fait aux russes au cours de la seconde guerre mondiale… Parce que lui-même, enfant, a vu son père tuer des russes sous ses yeux, et aujourd’hui encore, il se sent honteux, terriblement honteux.
Je suis restée littéralement sans voix, scotchée sur place; vous auriez vu le visage de cet homme. Un moment de Vie, d’Histoire qui resurgit au détour d’une rencontre impromptue. J’ai pris ce jour là, une claque comme jamais. C’était tellement, surréaliste; encore une fois.

vue de l'extérieure du camp

Je vous laisse sur ces quelques images, en espérant que cet article, un peu à l’écart des autres, ne vous aura pas laissé indifférent et aura suscité en vous bien des sentiments, des réflexions. 

P.s: Plus que jamais, j’ose à vous poser la question… S’il ne devait y en avoir qu’une, quelle photographie choisiriez vous ? Et surtout, pourquoi ? …Racontez moi :)

15 comments

  • Kim

    janvier 17, 2016

    Oh mon dieu ! Ton article m’a touché ! Enormément !
    Le jour où j’irai en Pologne, car j’irai, c’est juste obligé, j’irai voir ce camps si célèbre, si important. On n’en parle tellement, et il est tant inaccessible ! Alors c’est sûr, j’ignore comment je réagirai. Mais je veux voir les lieux d’angoisses que mon arrière-grand-père a foulé avant de pouvoir s’échapper. Je veux pouvoir m’imprégner de ce lieux, de ses horreurs…

    Merci pour tes belles photos, toujours aussi prudes et touchantes..

    • Vagabondanse

      janvier 22, 2016

      Cet article est quelque peu à part sur le blog, il m’est très personnel, tu l’auras compris; et ton commentaire me fait on ne peut plus plaisir. Je te souhaite sincèrement te pouvoir aller visiter la Pologne un jour et de te rendre sur ces terres ou tu as semble t-il des souvenirs ancrés. :)

  • Fay

    janvier 31, 2013

    Un très bel article. De très jolies images.

    • samantha

      février 2, 2013

      Merci merci Fay :) ! Je ne pensais pas qu’il toucherait autant, et je n’en suis que plus comblée<3

  • MsKapje

    janvier 30, 2013

    je n’ai pas nécessairement de photos favoris pour le coup. Visiter un ancien camp est extrêmement dur, on s’imagine ce qui a été fait là bas. Se redire que c’est vrai. J’ai visité le camp de Dachau, je n’ai pas pu terminer…

    • samantha

      février 2, 2013

      Tu es donc on ne peut mieux placer pour comprendre ce que je tente d’évoquer dans cet article :) C’est en effet extrêmement dur, mais à mon sens nécessaire.

  • Marie-Charlotte

    janvier 30, 2013

    Quel bel article, profond, touchant et tellement bouleversant. Tes photos sont affreusement belles et traduisent un passé encore vibrant et présent dans ces murs. Tes mots sont touchants et criants de vérité. Comme toi, je suis allée à Auschwitz alors que j’avais à peine 15 ans. Plus de 10 ans ont passé et je me rappelle très bien la sensation que j’ai eu lorsque je traversais ces allées. Je me rappelle de tout ce que j’ai ressentis, le malaise dans ces allées, l’horreur devant ces visages de déportés qui semblent nous obsever lorsque l’on traverse l’entrée principale d’un de ces blocs, et ces cheveux…. comme tu le dis, choc visuel et impresionnant. Les larmes que j’ai laissé couler sans forcément comprendre… Ton article m’a replongée dans ce passage très bref de ma vie mais qui à l’époque m’a semblé durer une éternité. Merci pour ce partage et merci d’avoir écrit ces mots justes et bouleversants.

    • samantha

      février 2, 2013

      Wow ! Ton commentaire me touche à un point Marie-Charlotte, je crois que tu n’as pas idée. <3
      Je crois que les années ont beau se succéder, on ne peut décemment pas oublier un moment pareil dans une vie. Ca reste graver à jamais en nous, et resurgit lorsque d'autres nous l'évoquent, nous y ramènent. Ces visages, comme tu le dis, on se sent si impuissant, et il y a du coup une frustration qui grandit. On ne peut qu'être spectateur.
      Merci, en tout cas, de m'avoir fait part de ce souvenir :)

  • Elynor

    janvier 30, 2013

    Magnifique article ! Je suis aussi chamboulée que toi.
    Cela me fait penser que quand tout le monde râle contre les nouvelles lois européennes, je suis quand même très contente de faire partie de cette union et de pouvoir circuler librement dans un espace où toutes les cultures se mélangent et se respectent sans pour autant oublier le lourd passé qui nous lie.

    • samantha

      janvier 30, 2013

      Merci beaucoup pour ces petits mots Elynor :)
      Je te rejoins tellement sur tes propos ! Cette liberté de circulation, d’enrichissement auprès de ces belles rencontres sans l’oubli de ses origines, du lourd passé qui nous lit et nous unit.

  • katia

    janvier 30, 2013

    Pfffiou quel article….quel claque visuel et émotionnelle.Il y a les images,les souvenirs de tout ce qu’on m’a appris à l’école puis tes mots.Je suis tellement d’accord avec le commentaire de Jen : « Si dans ma vie je n’aurais pas la chance de voir ça au moins une fois, je l’aurais vu dans les yeux et les écrits de Sam’ ».Je crois que ça résume complètement ma pensée.c’est tout à fait ça.Tu as ce talent pour raconter les choses, que ce soit avec les mots ou la photo, j’en reste chaque fois émerveillée, quel talent ma belle! :)

    • samantha

      janvier 30, 2013

      Cela me touche Katia, ce que tu me dis là. Je crois bien que ce fut la première fois depuis sans-doute, ou je me suis livrée de la sorte au travers d’un article. Voir vos retours, me confirment que j’ai bien fait, me conforte un peu plus dans l’idée que c’est ce que j’aime, que je veux faire et à quel point cela me manque de ne plus le faire. Merci MERCI ma belle<3

  • gin

    janvier 30, 2013

    Pour moi la premiere photo de la porte d ‘entree du camp ; « ARBEIT MACH FREI  » Tous ceux qui on lu cette pancarte leur donnant une lueur d ‘espoir et la franchirent pour ce retrouver dans un autre monde celui de l ‘horreur , quel mensonge ARBEIT MACH FREI . La realite …..ce que l’homme a de plu vil .

  • Jen'

    janvier 30, 2013

    Frissons et larmes aux yeux. Tu es douée Sam’. Tes images et tes mots me font toujours relativiser en me disant « Si dans ma vie je n’aurais pas la chance de voir ça au moins une fois, je l’aurais vu dans les yeux et les écrits de Sam' ».
    Alors encore une fois merci pour tout.

    • samantha

      janvier 30, 2013

      On m’en a fait de jolis compliments depuis sans-doute, mais alors là, Jen’, je crois bien que le tien les surpasse <3 Ou comment avoir envie subitement de pleurer comme une madeleine !! Pour sur, cela faisait bien longtemps qu'on ne m'avait pas fait un aussi joli compliment.

Leave a Reply