Skip to content

This is Sweden : Örebro, ou le grand saut dans l’aventure du hitchhiking en Suède !

This is Sweden : Örebro, ou le grand saut dans l’aventure du hitchhiking en Suède !

Après avoir baladé dans le comté d’Örebro pour cette première journée, il est déjà temps de reprendre la route, cette fois-ci au sens propre comme au figuré ! Mais avant de s’essayer au hitchhiking, on profite de passer la matinée à Örebro même pour y découvrir la ville.

Au fond, on ne s’attendait vraiment pas toutes les trois à avoir autant de mal à quitter chaque lieu. Non, on ne s’attendait pas à rencontrer à chaque fois, des personnes incroyables qui nous ouvriraient une porte sur leur vie, leur quotidien et nous inviteraient le plus naturellement du monde à y prendre part. Non, vraiment, on était bien loin de s’imaginer que l’aventure humaine que l’on recherchait au travers de ce voyage suédois, serait à ce point là, si riche et intense. Örebro ne ferait donc pas exception à la règle. A peine 48h en compagnie de Martin et Fanny (et Lucia! :)), que le coeur est déjà serré de devoir les quitter. Il le sera encore plus au réveil, lorsqu’on découvrira un petit mot de leur part glissé sous la porte du salon ou nous dormions ♥ Devant partir au travail, ils avaient accepté que l’on parte quand bon nous semblait, nous n’aurions qu’à cacher la clef dans l’un des nombreux pots de fleurs de Fanny sur la terrasse. N’étant pas très démonstratifs, ce petit mot signifiait beaucoup pour eux et d’autant plus pour nous. Grâce à lui on a pris conscience à quel point ils avaient été touché la veille, par le petit cadeau que nous leur avions fait.

Dernier petit dej’ et calin à Lucia, et nous disons au revoir à ce chouette quartier de Brickebacken sous un beau soleil et une chaleur bien matinale. On se dirige vers l’arrêt de bus non loin de chez eux afin de prendre la Ligne 2 et de regagner le centre d’Örebro pour aller découvrir la ville. Comme nous n’avons que quelques heures devant nous, nous choisissons de s’imprégner de celle-ci à travers le programme « Open Art ». Une exposition artistique au quatre coins d’Örebro, ou tous les univers se mélangent et les sculptures les plus improbables prennent place dans des lieux insolites !

Si nous n’adhérons pas à toutes les oeuvres, certaines nous laissant très dubitatives; on trouve le concept plutôt original, et cela a le mérite au moins de nous faire parcourir la ville. Nous ne les verrons pas toutes, car il y en avait pas moins de 90 (!!), mais en partant de la place Våghus, longeant Drottning-gatan, puis Stor torget, traversant le parc en face du château et faisant une boucle le long des canaux, oui; on en a eu un bon aperçu ! L’édition de cette année se tenait du 15 juin au 1er septembre, alors si en 2014 vous passez par Örebro à cette période, n’hésitez surtout pas à vous y arrêter, car l’événement vaut le coup :) Fanny et Martin nous en avait beaucoup parlé la veille.

Le trajet artistique au cœur de la ville, aura eu le mérite de nous montrer une jolie facette d’Örebro. Ce qu’il y a de plaisant, c’est que c’est une ville à taille humaine, on s’y retrouve facilement. Vous pourrez difficilement passer à côté de son imposant château ! Malheureusement n’ouvrant qu’à midi, on ne put que se contenter de passer les grandes portes pour aller voir une œuvre au coeur de la cour centrale, ainsi que d’en faire le tour en bordure des canaux.

La matinée file et on décide de se poser sur cette petite aire de bois, pour la pause déjeuner, afin d’être fin prête pour affronter la longue après-midi d’auto-stop qui nous attend ! L’occasion de profiter de cette belle journée, de faire ami-ami avec Alfonso (le canard!), et de tenter de percer le mystère de cette rivière surnommée la « black river ».

12h50 précise, nous embarquons dans le Bus 24 afin de sortir de la ville d’Örebro, pour accroitre nos chances d’être prise en stop. Sur les conseils de Martin, nous nous postons à l’angle de cette station service; car nous sommes véritablement à la sortie de la ville en direction du nord, et c’est là ou selon lui nous avons le plus de chance. Tout commence donc maintenant ! On sort notre belle pancarte « Mora » et l’attente peut enfin commencer… Un ami m’avait dit qu’il n’avait attendu que 20min avant d’être pris. Bon, on est trois, alors si on se doute que ca ne va pas être aussi facile, on croise les doigts pour ne pas attendre plus d’une heure; car on aimerait bien arriver avant la nuit, surtout qu’on ne sait toujours pas ou l’on dort le soir même…et là, pour la cartésienne que je suis qui aime un tant soit peu que tout soit planifié, certes j’aime l’aventure, mais ca me rassure pas des masses de me réveiller le matin en ne sachant pas ou je vais dormir le soir même ! Je crois que ce jour là, les filles on sentit le stress faire son apparition dans le voyage (et ce n’était que le début…!).

Les minutes défilent, à notre grand étonnement, on reçoit beaucoup d’encouragements de la part des gens, des sourires, parfois même désolés car la voiture est déjà complète ou bien parce que ce n’est pas la bonne direction. On a aussi droit à des coups de klaxon ou des appels de phare de la part des camions ! Bref, tout ceci est flatteur mais toujours est-il que personne ne s’arrête et je commence à sentir mal cette histoire, d’autant plus que c’est pour moi, mon baptême d’hitchhiking ! Je n’avais jamais eu l’occasion d’expérimenter cela avant, n’avais jamais vraiment osé. A vrai dire, en organisant ce road trip en Suède, je ne me suis même pas posée de questions. Je me suis dis que ce serait l’occasion ou jamais ! Avec le côté très sécuritaire du pays, si je ne pouvais pas le faire ici, alors je ne le ferais nulle part ! Entre nous, je ne suis pas mécontente d’avoir tenter l’expérience pour une première, en Suède.

45min plus tard, bingo ! Une voiture s’arrête et accepte de nous prendre. Au volant, un père et son fils. Ca y est l’aventure est lancée, je scrute la carte; nous avons pas loin de 250 bornes à faire, le long de la route 50. Au bout de 30 à 45min, en discutant avec le fils qui parlait un peu anglais, et après avoir constaté qu’on avait changé de route et quitté la route 50 pour la 244, on se rend compte qu’il y a eu confusion et qu’ils ont mal compris ou l’on voulait aller…C’était pourtant bel et bien écrit MORA en grand et noir sur la pancarte, mais ils ont cru que c’était « Nora », là où ils allaient. Ok, là, c’est la panique ! J’intime à C. de bien faire comprendre au père de nous laisser descendre le plus vite possible, car là on s’éloigne trop de l’itinéraire et ca va compliquer les choses. Je fulmine de panique (!!), mais doit reconnaître qu’ils sont adorables. Ils sont vraiment confus pour nous de s’être trompés, le fils nous laisse son numéro de téléphone au moment de descendre de la voiture et nous dit de les rappeler si personne ne nous as pris après eux, et ils reviendront nous chercher pour nous emmener à Mora. A ce moment là, on a perdu un temps précieux et je me demande vraiment comment on va pouvoir se sortir de cette route au milieu de nulle part et réussir à regagner la voie principale…

On descend, les filles remettent leur sac sur leur dos, je me précipite dans le ravin non loin pour une envie pressante, mais je n’ai même pas le temps d’y parvenir que j’entends M. crier de l’autre côté de la route en m’intimant de revenir car…quelqu’un s’est déjà arrêté pour nous ! Si nous avions du attendre pour être prise la première fois, nous ne sommes pas mécontentes de voir le deuxième auto-stop s’enchaîner aussi vite !
Un petit papy suédois, à l’anglais approximatif et très sommaire accepte volontiers de nous prendre sur le bord de cette petite route. Cette fois-ci, on lui fait bien comprendre qu’on voudrait aller à Rättvik. Finalement la veille au soir, on s’est mise d’accord sur le fait que Mora ne valait peut être pas tant le coup que cela, et sur les conseils ante-départ en Suède de N., qu’il serait préférable de passer les quatre jours à Rättvik pour découvrir la belle région de la Dalécarlie. Il ne se rend pas là-bas mais c’est sur son chemin, puisqu’il est en route pour Ludvika, et accepte donc volontiers de nous rapprocher autant qu’il le peut. Bingo ! Cela nous permettra de regagner la route 50 et de finir ensuite les quelques bornes qui nous distanceront de Rättvik.

L‘aventure reprend de plus belle; on grimpe et s’installe confortablement à l’intérieur de sa vieille mais non moins confortable voiture suédoise, typique nous confiera t-il, et il n’en est pas peu fier ! Les discussions s’enchainent, agrémentées de quelques blagues qui permettent de découvrir à quel point ce papy à un humour décapant !! La panique et le stress de mon côté redescendent en flèche ! Je savoure ces kilomètres et cette incroyable rencontre. La route défile, on papote, on apprend qu’il a perdu sa première femme à l’âge de 29 ans et qu’il a du élever seul ses deux enfants alors âgés de 7 et 10 ans. Il travaillait jusqu’à cet accident dans une manufacture mais à du changer de métier après cela. 71 ans, et une vie bien remplie qui ne peut que forger l’admiration. Il revient d’un week-end chez sa fille et regagne sa maison, nous ayant vue sur la route avec nos gros sacs, il nous confie que n’étant pas pressé par le temps ni attendu, il n’a pas hésité à s’arrêter pour nous prendre. L’ambiance est tellement chaleureuse et cette rencontre semble si évidente, qu’il se livre avec simplicité et émotion à nous, tout comme nous lui parlons de nous, de notre aventure, notre vie en France. Il est un père et grand-père comblé; ce jour là, comme il nous le dit, on est un peu comme ses trois petites filles. On sent dans sa voix beaucoup d’affection en disant cela, il nous le dira à de nombreuses reprises au cours du voyage. On est plus que touché, on sent que notre rencontre lui fait plaisir, lui fait du bien. Il aime ça, il aime les cadeaux de la vie comme celui là; il aime profondément la vie malgré les aléas qu’elle lui a mis sur sa route. Depuis un petit temps, il a retrouvé l’amour, et il nous en parle comme s’il avait 15 ans ! C’est drôle ! Il nous parle de sa « old girl friend », c’est elle qui lui a ramené d’Inde le bracelet qu’il a au poignet ainsi que le pendentif autour du coup. Elle parle d’ailleurs un peu français, car elle a étudié plus jeune à Paris. Il décide du coup de lui passer un coup de fil pour nous la passer et que C. parle avec elle en français. Malheureusement pour lui, elle ne décroche pas, alors avec ce même humour qui le caractérise depuis le début de cette aventure routière, il nous dit « qu’elle doit surement être occupée avec un autre boyfriend, tant pis ! Il n’a pas tout perdu au change, puisqu’il a trois belles jeunes filles dans sa voiture ! » On explose de rire et se regarde, incrédules !! Ce papy est vraiment incroyable ♥

Les kilomètres s’enchaînent, et on est presque déçues que cela passe aussi vite, tant on est bien dans cette voiture avec lui; tant on ne réalise pas à quel point ce qui est en train de se passer là est juste incroyable. A quel point cette rencontre n’a tenu à pas grand chose. Comment pouvais t-on imaginer qu’au fin fond de la suède, perdue, sur cette petite route, un papy s’arrêterait pour nous prendre et que ce serait l’une des rencontres les plus marquantes de notre voyage ? Comment pouvions nous prédire un seul instant, que cet homme qui a chamboulé notre voyage, mais surtout notre vie, sorti de nulle part au beau milieu de la Suède, nous allions le recroiser quelques semaines plus tard…? Un peu de patience, je vous garde ce récit surréaliste pour l’article bilan à la fin de ce carnet de voyage :) Croyez moi, vous n’allez pas en croire vos yeux !

Ludvika arrive à grands pas, et on sent la tristesse nous gagner à l’idée de devoir descendre de voiture et le laisser là. Mais en fait, on se rend avec cet anglais chancelant, qu’on a mal compris ou il allait ! En réalité, il passe par Ludvika car il doit y voir une amie. Si cette dernière est là, alors il nous laisse ici; mais si elle ne l’est pas, alors il reprend la route et on poursuit ! Banco pour nous, elle ne répond pas et la belle aventure peut se poursuivre direction Borlänge. Il est vraiment aux petits soins avec nous. On s’arrête dans un magasin de bricolage car il a quelques courses à faire et se soucie de savoir si on a faim ou soif. On sent bien qu’on a chamboulé son programme autant qu’il a chamboulé le notre. N’ayant pas vraiment envie de le quitter, on accepte volontiers sa proposition de nous faire faire un petite tour en voiture de la ville, cette ville qui l’a vu naître. Il nous emmène sous les fenêtres de l’appartement où ses parents ont vécu et où il est donc né. Il nous parle d’eux, de ses grands-parents aussi, l’émotion est palpable de partager cela avec nous, de parfaites inconnues, mais qu’ils considèrent comme de sa famille.♥ On passe devant une devanture de boutique, et il nous indique que la statue en bois qui s’y trouve, c’est lui qui l’a faite. Il en a fait pleins d’autres, et beaucoup se trouvent sur son île. Mais ça, se sera pour une autre fois, il nous faudra revenir. « La prochaine fois, on ira faire du bateau et je vous emmènerai sur mon île, la maison est assez grande! Vous viendrez, hein ?! »

La mine

On reprend la route en direction de Falun. A nouveau, il s’improvise guide pour notre plus grand plaisir ! J’en avais parlé aux filles lorsqu’on avait planifié l’itinéraire de notre road trip, car il y a une mine très célèbre dans cette ville et ca aurait chouette d’y faire une halte. Voilà que ce sera chose faite grâce à lui ! « Vous avez encore un peu de temps devant vous ? Car il faut vraiment que vous veniez voir cela!! ». Une chose est sure, il aurait été bien dommage de passer à côté tant l’endroit est impressionnant… Malgré l’heure tardive, on peut quand même rentrer en voiture et s’avancer jusqu’au mirador pour admirer ce trou béant. Une bien belle manière que de boucler notre aventure avec lui, notre rencontre, CETTE rencontre si improbable. Nous ne pouvons nous résoudre à nous quitter ainsi et lui proposons d’immortaliser tout cela par une photo ainsi que l’échange de nos coordonnés respectifs. Nous ne savons pas de quoi la vie est faîte, et si nos chemins par le plus grand des hasards, comme celui qui s’est produit en ce début d’après-midi, venaient à nouveau à se croiser ?

Quelques mètres plus loin, sur cette grande route qui mène à Rättvik, il nous dépose et après une chaleureuse accolade, il est temps pour nous ne nous remettre en route en espérant ne devoir attendre trop longtemps le pousse en l’air avant que quelqu’un ne s’arrête. On remet nos sacs sur le dos et commençons à nous avancer vers un petit décochement, afin de faciliter l’arrêt d’une voiture. Nous n’avons même pas le temps de lever le pouce qu’une voiture nous dépasse et s’arrête au loin en haut de la cote. On se regarde médusé avec les filles. Euh, c’est pour nous ?! On ne cherche pas plus et courrons jusqu’à elle. Bingo ! Ce grand blond suédois d’une cinquantaine d’années s’est bien arrêté pour nous. On ne sait plus vraiment si on doit rire ou pleurer. L’enchainement de ces trois auto-stop est juste surréaliste…c’était écrit, ce n’est pas possible ! A nouveau, c’est un homme ! On lui indique que l’on se rend à Rättvik, on sait que ce n’est plus très loin, alors s’il a la gentillesse de nous rapprocher, ce serait vraiment top ! En fait, ca va etre mieux que cela, il va nous y conduire, puisqu’il s’y rend également. La journée se termine donc en beauté ♥
Bon en fait, on déchante un peu quand il ouvre son coffre. Il a beau avoir un 4×4, nous sommes 3 filles avec 3 énormes sacs à dos, et dans son coffre et l’arrière de sa voiture il y a déjà un vélo qui prend toute la place ! Il revient d’une course justement. « Bon et bien, choisissez, j’en prend une et les deux autres rentrent à pieds ». On se liquéfie un petit peu sur place et finissons par exploser de rire à la vue de son sourire. A ce moment là, on aurait parfaitement compris qu’il préfère repartir et finalement ne nous prenne pas, car clairement avec son vélo, on ne rentrait pas. On lui en aurait aucunement voulu, et on aurait tout à fait compris, c’était déjà bien gentil à lui de s’arrêter. Mais non, il nous a vu avec nos gros paquetages et n’a pas fui. Au contraire, il s’est démené, a démonté son vélo, afin que l’on puisse faire tout rentrer…On n’en revenait pas.

Encore une fois, le feeling passe on ne peut mieux, un homme charmant avec à nouveau, beaucoup d’humour et les discussions/questions s’enchainent. Au fil de la conversation, on commence à se douter et comprendre que cet homme n’est pas n’importe qui…et qu’à la vue de son parcours et de son cv, on est sans le savoir, dans la voiture d’une personne hautement importante en Suède ! Il n’y a que 40 bornes entre Falun et Rättvik, et pourtant, on aurait préféré qu’il y en est 300, tant on est bien avec cet inconnu qui se livre peu à peu à nous. Il nous parle de sa passion pour le vélo qui l’a amené à beaucoup voyager en Europe, à en faire son métier (il dirige un magazine à ce sujet) et a même joué un rôle auprès de l’équipe cycliste de Suède, puisqu’il s’est rendu pour cela aux JO de Beijing en 2008 !
Curieux de savoir ce qu’on peut bien vouloir venir faire dans cette petite ville qu’est Rättvik, il a à coeur de nous parler de cette ville qui l’a vu grandir, de ce lac Siljan ou il a appris à nager. Il a tant de souvenirs arrimés en ces lieux, qu’on le sent ému en nous en parlant, et nous buvons littéralement ses paroles. Ce village, il le connait comme sa poche, et si ces derniers temps il passe sa vie entre Falun et Stockholm, c’est toujours avec le même plaisir et regard d’enfant qu’il revient ici, comme ce jour là ou il rend visite à sa maman. Nous n’avons pas vraiment de plan pour la fin de la journée et lui dispose d’un peu de temps devant lui; alors à nouveau, on se laisse porter et nous confions à ce parfait inconnu qui nous emmène sur les hauteurs de la ville. Les petites routes sinueuses s’enchainent, on grimpe on grimpe et continuons à l’écouter d’une oreille attentive. Il nous parle de cette route que nous empruntons, qui n’est autre que celle d’une célèbre course cycliste annuelle. Il en est l’instigateur, car ce trajet il le ferait les yeux fermés, et lorsqu’il a mis sur pieds ce trajet de course, ils n’étaient pas bien nombreux à y participer, mais il y a cru jusqu’au bout; et aujourd’hui…c’est l’une des courses les plus prisées de Suède qui réunie plus 40 000 participants !! Peu à peu la végétation se disperse et nous découvrons un paysage qui nous laisse à nouveau sans voix. Le coup de coeur est immédiat ♥ La vue est incroyable, donnant sur ce lac et les petites villes alentours que l’on distingue au loin, au creux de ce décor si verdoyant, de ces forêts.

On est véritablement subjugué par les lieux et sans lui, nous n’y aurions peut être jamais mis les pieds de tout notre séjour à Rättvik. Après avoir eu l’attitude très affective d’Owe envers nous, comme si nous étions ses petites filles; Lasse, a quant à lui, une attitude très paternaliste qui nous va droit au coeur ♥ Il se demande bien ce qu’on vient faire dans sa ville et se soucie de savoir ou l’on dort ce soir. A l’origine nous avions un plan couchsurfing, malheureusement ce dernier ne nous ayant donné aucune nouvelle, on se retrouve bien mal. Lasse aurait pu/du s’arrêter là, nous redescendre au village et nous quitter ici. Mais, tel un père, un ange gardien tombé du ciel, il repousse de quelques heures l’arrivée chez sa maman pour se démener et nous trouver un endroit où loger…Il nous a trimbalé au quatre coins de Rättvik, pour aller comparer les prix des différentes auberges de jeunesse, à appelé, fait jouer son réseau pour nous trouver quelques chose. Nous n’en revenions pas. Nous n’avions rien demandé, et il nous donnait tant; c’était impensable et surréaliste. On ne savait plus ou se mettre et n’avions qu’une envie : nous jeter dans ses bras et le serrer aussi fort que possible, pour qu’il comprenne à quel point tout ce qu’il venait de faire pour nous en cette fin d’après-midi, pour de parfaites inconnues, c’était juste un sacré cadeau de la vie. En l’espace de 24h nous avions gagné un grand-père et un père ♥ Combien de fois avons nous parlé de cette journée entre nous après cela ? Combien de fois nous l’avons nous remémoré avec le sentiment intact de se dire « non, ce n’est pas possible, ca n’a pas pu arriver, tout ceci est bien trop improbable pour avoir eu lieu. » Ô que oui, je vais m’en souvenir à vie de ma première journée d’auto-stop…

Grâce aux efforts et à la dévotion de Lasse, voilà comment nous avons atterri dans ce train-hotel au bord du lac Siljan, chez Daniel. Encore un sacré bonhomme, dont j’aurais bien l’occasion de vous parler par la suite… Après une journée aussi riche en émotions, nous ne sommes pas mécontentes de la finir autour d’un bon petit repas à l’air frais du soir, dans ce joli décor ou nous allons élire domicile pour les quatre prochains jours. Ravies mais à la fois tristes et chamboulées; d’avoir rencontré ces deux hommes qui ont à jamais changé le cours de ce voyage et écrit un chapitre dans nos vies respectives par tout ce qu’ils ont pu faire pour nous, nous partager, raconter, confier; d’avoir vécu si intensément en l’espace de quelques heures, autant de choses avec deux parfaits inconnus, de les avoir vu nous donner tant et si naturellement; et le coeur serré de les avoir quitter si tôt, si vite…

On espérait ce voyage inoubliable, avant cette journée nous étions finalement bien loin du compte…et au fond, nous n’en étions encore qu’au début ! Nous venions de vivre tant en moins de 24h, qu’on osait même plus imaginer la suite du road trip et potentiellement de ce qui pourrait nous arriver, tant cette journée venait de nous démontrer que tout, absolument tout peut arriver ♥

Bonne semaine ! :)

Ps : Si vous ne deviez en retenir, qu’une et une seule photographie; laquelle choisiriez vous et surtout, pourquoi ? Donnez moi son numéro et racontez moi !

Ps bis : Avez vous déjà eu l’occasion de vous essayer à l’auto-stop ? Et si oui, vous est-il arrivé de faire d’aussi belles rencontres ? Racontez moi :)

12 comments

  • Laponico

    novembre 28, 2013

    Rahhh que de souvenirs sur cette fin de route…
    La 47, car elle est très touchante (et ça me fait penser au livre « le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire).
    La 49 et la 52, car elles me remémorent vraiment ces paysages et endroits (et que j’ai dû prendre a peu près les mêmes photos, 2 mois avant…c’est rigolo). Hâte de lire le prochaine article !!!

    • Vagabondanse

      novembre 30, 2013

      Oh ! :o Mais je veux voir ces deux photos alors :)
      Il est vrai, que ca fait toujours drôle de voir un lieu que l’on a traversé, au travers des yeux, de l’appareil d’une autre personne :)
      Je repense à tes photos de la Dalécarlie, juste avant de partir, et je les revois lorsque j’y ai mis les pieds. C’était drôle, cette sensation de connaître déjà le lieu sans y être jamais allée. Les pièces de puzzle qui s’emboitent en quelque sorte !

  • Big Calm

    novembre 27, 2013

    Wow, quelles aventures ! En plus, vous êtes passées par un coin de la Suède qui m’est totalement inconnu mais qui a l’air vraiment magnifique, je le savais déjà et les quelques photos de paysage le confirment. Ton histoire de papi qui vous a pris en auto-stop m’a fait pensé à une histoire personnelle : lors de mes premiers jours en Suède, au début de mon erasmus, un papi suédois avait engagé la conversation avec moi à un arrêt de bus … il ne parlait pas du tout anglais mais on était arrivé à se comprendre, il était adorable : un bref moment de grâce qui restera gravé dans un coin de ma tête.
    Je n’ai rien à dire sur mes expériences d’auto-stop puisqu’elles sont inexistantes jusqu’à présent. Mais j’avoue que ça me déplairait pas. Ceci dit, ô combien je te comprends quand tu dis que la Suède est un pays parfait pour commencer des expériences d’auto-stop, ça ne m’étonne tellement pas en fait :D
    Côté photos, sans hésite : la 47 et la 49 qui respectivement me font dire « awww » et ensuite « woooooow » (voilà pour les onomatopées !)

    • Vagabondanse

      novembre 30, 2013

      Ahhhh mais ils sont décidément incroyables les papys suédois !! :) Une belle rencontre de ton côté également, c’est vraiment chouette de pouvoir vivre des petits moments si court mais si beau. Une tranche de vie, ni plus ni moins ♥
      Si tu remets les pieds en auto-stop n’hésite pas une seconde à te lancer dans l’aventure de l’auto-stop, quitte à remonter dans cette belle région que tu ne connais pas, car vraiment, elle vaut le détour !!

      J’aime beaucoup les onomatopées au passage :D ahaha ! Ca s’accorde très bien avec ces deux photographies :)

  • Gaillard

    novembre 26, 2013

    Super ! et bravo ! j’attends avec impatience la suite …

  • Du côté de chez Ma'

    novembre 25, 2013

    Bien difficile de n’en choisir qu’une mais si vraiment, ce serait celle avec le « papy » à Falun, on y ressent tout ce que tu décris, tout ce partage que vous avez eu avec lui, toute la complicité née de cette rencontre improbable.

    Peu d’expérience d’auto-stop pour ma part mais tout de même une jolie expérience, une fois, avec une copine, à l’arrêt de bus un jour où les trains ne circulaient pas dans notre ville de banlieue parisienne et où nous cherchions à nous faire déposer au RER de la ville voisine. Nous sommes tombées sur un monsieur entre deux âges, dans une vieille guimbarde, qui nous a demandé jusqu’où nous allons avec le RER, et qui nous a déposées chacune au pied de notre bureau, chacune à un bout de Paris et qui a juste dit quand on l’a remercié « oh, j’ai le temps, je vais de l’autre côté de Paris, ça me changera de traverser au lieu de prendre le périph »… alors, oui, ça l’a sans doute changé, certainement rallongé en temps et en distance aussi…

    Ma’ (http://manuelles.canalblog.com)

    • Vagabondanse

      novembre 30, 2013

      En effet quelle belle rencontre ! Simple, sincère, comme on voudrait en vivre bien plus souvent :) Ca l’a rallongé en temps et distance, mais ca lui a amené une petite étincelle dans sa journée; et des cadeaux comme ceux là, on ne peut les refuser quand la vie vous les met sur votre chemin :)

      Merci beaucoup de t’être prêtée au jeu, merci pour ce partage :)

  • Katia

    novembre 25, 2013

    Au delà des découvertes d’autres horizons,d’autres paysages,cet article montre bien à quel point c’est aussi une belle aventure humaine remplie d’heureux hasards et de belles rencontres.Une journée hors du commun remplie de belles choses et de belles rencontres,quand je te dis qu’on se croirait dans un livre où les héroïnes vivent de belles choses ;) C’est vraiment un plaisir de suivre ce road trip :)

    • Vagabondanse

      novembre 30, 2013

      ♥♥♥
      C’est fou, comme un voyage peut réserver bon nombre de surprises…les rencontres en sont de loin, les plus belles ! :)

  • Léon

    novembre 25, 2013

    L’autostop en Suède, c’est juste le top. Surtout avec un sac sur le dos. Enfin en été, on se comprend, hehe ! L’hiver, c’est moins marrant.

    Sinon, c’est une région de la Suède que je connais moins bien donc c’est aussi sympa pour moi de ne m’attendre à rien en lisant. C’est peut être mieux même.

    A très vite.

    Léon

    @LFenScandinavie

    keep-calm-and-have-a-krisprolls.com

    • Vagabondanse

      novembre 30, 2013

      Il est vrai que je ne suis pas peu fière de te faire découvrir des endroits du pays qui t’accueille, que tu n’as pas encore pu aller arpenter. Parce ce qu’on se le dise, tu vas être obligé d’aller faire un tour par là-bas hein ! Je suis certaine que cette région te plairait beaucoup :)
      Et pourquoi pas même en auto-stop depuis Växjö ?!

      Merci en tout cas pour tes petits mots Léon, vraiment, j’apprécie !

Leave a Reply