Skip to content

This is Sweden : Tällberg, une carte postale suédoise !

This is Sweden : Tällberg, une carte postale suédoise !

Tällberg n’étant qu’à 17km de Rättvik, pour cette deuxième journée en Dalarna, on décide d’aller explorer une autre facette de ce lac Siljan, et quoi de mieux que de le faire en vélo, au regard de la météo, grand soleil et ciel bleu ! On file retrouver notre cher artiste des petits chevaux de Dalécarlie qui nous a promis la veille au soir, souvenez-vous, de nous louer des vélos pour une bouchée de pain ! C. aura celui de son fils et moi celui de sa femme, parfait !

10h tapante lorsque nous refaisons en sens inverse et à vélo cette fois-ci, le chemin, pour retraverser Rättvik et prendre la direction de Tällberg. Des lustres que je n’ai pas fait de vélo, mais comme on le dit si bien, ca ne s’oublie pas ! et c’est un vrai plaisir que de remonter en selle. Malheureusement, la piste cyclable repérée la veille sur le plan n’est pas aussi bien indiquée que prévu, et voilà comme on se retrouve à s’élancer sur des chemins de vtt avec…des vélos de ville !! Entre ronces, boue et j’en passe sur des chemins complètement cabossés, j’ai bien cru qu’on ne les ramènerait jamais en vie le soir venu !  Il était évident que si on arrivait à sortir de là et à retrouver une route digne de ce nom, pour le retour en fin de journée, il faudrait assurément trouver un autre itinéraire.

On se faufile comme on peut, tentant tant bien que mal de suivre la voie ferrée, signe qu’on longe également le lac Siljan. M. sera la seule à ne pas être tombée (chapeau!), parce qu’avec C., on a pas fait semblant. Tantôt on s’engouffre dans la forêt dense mais lumineuse par ce soleil qui perce nous offre un joli spectacle, tantôt on se délecte en longeant certains champs plus éparses. Si on en a bavé sur le début du parcours, étions incertaines quant à l’itinéraire, au fond on ne regrette rien du tout, car cela en valait la peine. On enchaine des paysages, des petits lieux dits…le décor est planté et il est à couper le souffle, de belles maisons, de beaux jardins, panoramas et j’en passe. ♥ De l’aventure comme nous en vivons depuis le début de ce road trip, et comme on voulait en avoir. Tout ceci nous laisse bien rêveur…

Le seul hic ? Parce qu’il en faut toujours un, n’est-ce pas ! La météo. Un ciel bleu avec quelques cumulus de-ci de-là; mais surtout…un soleil de plomb ! et celui-là, nous l’avions pas prévu. Un vrai cagnard qui ne manquerait pas de marquer ma petite peau pour le reste du séjour (satanée peau nordique! merci maman!!).

A peine arrivées sur les hauteurs de Tällberg, on décide de dévaler ses courbes jusqu’au bord du lac, de son camping, pour aller s’y arrêter pour la pause déjeuner. Un calme plat, tout juste percevons nous le bruissement de cette brise au creux des pins, tandis que quelques enfants se risquent à barboter dans l’eau, qui pourtant, au toucher des mains ne doit pas être bien chaude !! Le paysage est sincèrement superbe, ces vastes collines de sapins que l’on devine aux abords et au loin, cette eau transparente et cuivrée. On ne peut décemment pas rêver mieux pour déjeuner !

Après une petite sieste méritée, préférant laisser passer les heures chaudes de ce début d’après-midi, on décide de remonter en selle et de gagner les hauteurs de la ville pour aller au Green Hotel ou dit-on, une collection privée de grands peintres (Picasso, Chagal…) y serait visible. L’ascension étant ardue, on choisit de laisser à mis chemin sur une petite place les vélos et de poursuivre à pieds, histoire de pouvoir profiter du paysage comme il se doit, et pour ma part, de photographier.

Malheureusement, petit détail que n’indiquait pas le guide…la collection n’est accessible que le samedi, et on était…mercredi ! On profite de la gentillesse de l’hotesse de ce luxueux hotel pour faire remplir nos bouteilles d’eau et piquer un petit bonbon sur le comptoir en guise de réconfort. Quitte à être sur les hauteurs de ce petite village, on choisit de poursuivre un peu plus haut encore et de gagner la gare pour prendre des infos pour le lendemain afin de potentiellement rallier Rättvik à Mora, voire même Östersund. Manque de chance, il fait toujours aussi chaud et ça grimpe toujours autant; et une fois arrivée en haut, on se rend compte que n’est pas une gare ! Du moins en théorie oui, puisque les trains s’y arrêtent, mais en pratique non, comme celle de Rättvik ou Mora.

L‘après-midi s’avance, les heures défilent, mais le cagnard lui, ne faiblit pas. Je sens rougir un peu plus ma peau et tente de me protéger au mieux. On est tellement achevée par la chaleur et l’ascension, qu’en redescendant pour récupérer nos vélos, on tente un petit hitchhiking, et cela paye ! Qui aurait cru ?! Deux petits jeunes qui redescendent en ville acceptent de nous prendre avec eux. Cela a du durer en tout et pour tout à peine 10min, mais ce fut des minutes précieuses compte tenu de la chaleur. On constatera d’ailleurs à ce moment là, sur le tableau bord, la température extérieure…plus de 33° !! On comprend mieux pourquoi on souffre !

Après une petite pause, on choisit de mettre fin à notre escapade et de regagner Rättvik pour ne pas rentrer trop tard et profiter de notre dernière soirée. Finalement, nous ne nous serons pas plus que cela attardé à Tällberg, car en avons été déçues. N. m’en avait parlé avant notre départ, et j’avais gardé ses conseils et son coup de coeur pour ce lieu dans un coin de ma tête, mais finalement, pour ma part le coeur n’était pas au rendez-vous. Le lieu est certes typique, digne d’une carte postale, mais en réalité le village pullule d’hôtels touristiques, ce qui à mon sens gâche l’authenticité du lieu. Les hauteurs offrent une vue imprenable, c’est indéniable, mais dans le fond, on a amplement préféré la petite route à l’aller pour arriver à Tällberg, en traversant ces différentes propriétés, lieux dits etc.

Cette fois-ci, pour le retour, on choisit d’y aller par la grande route, on tient à en finir avec cette journée écrasante et il est juste inconcevable de repasser par l’itinéraire du matin, tant déjà, il faudrait qu’on parvienne à le retrouver !! On est pas certaines d’avoir le droit de rouler sur cette route, mais tant pis, c’est le plus court ! Après quelques frayeurs avec les camions, on arrive à Rättvik en une petite heure. On file abréger mes souffrances à l’apotek (pharmacie) ou je rêve juste d’un tube de biafine, mais malheureusement, le mot est inconnu dans leur dictionnaire et vocabulaire. Alors à défaut, et après avoir eu grand mal à faire comprendre ce que je recherchais, je finis par repartir avec selon elle, la solution miracle, soit un tube microscopique et hors de prix !! Tant pis, au moins j’aurais de quoi faire taire cette sensation que d’être une torche vivante, le feu de la saint Jean !

Un dernier petit tour chez notre meilleur ami des courses ICA et on file au hangar, affamées par cette rude journée. L’occasion d’y croiser Daniel, qui à nouveau, va se révéler être notre sauveur. Il était convenu que le lendemain matin, nous prenions la route pour Östersund, malheureusement après un long moment à discuter avec lui, à le voir enchainer les appels pour nous à la recherche d’une AJ, on comprend que tout est booké, du fait de Midsommar, et que ca s’annonce mal. A force de persévérance, il finit par nous dégotter une sorte de cabine/bungalow dans un camping. C’est un peu plus cher qu’une AJ, mais nous n’aurons pas mieux. Du coup pour contrebalancer, on se décide à faire des économies sur le transport, à défaut de le faire sur le logement. On se met d’accord sur le fait de relier Rättvik à Östersund en auto-stop. Je me dis que c’est un peu tenter le diable, car on progresse de plus en plus vers le nord, et avec les recherches que j’avais fait avant de partir, les routes sont de moins en moins passantes. Daniel émet également quelques réserves à ce sujet, mais bon, les filles insistent et il est vrai que niveau budget transport, l’économie ne serait pas négligeable; et puis après tout, on l’a tenté pour arriver jusqu’à Rättvik et ca s’est merveilleusement bien passée, alors pourquoi ne serait-ce pas non plus le cas cette fois ci ?

Vous connaissez le refrain…cette fois-ci serait l’exception qui confirme la règle…! Je vous suggère donc d’être au rdv pour le prochain article, car croyez moi, la journée/nuit furent plus qu’épique et l’expérience de l’auto-stop en Suède pris un tout autre visage…

Bonne semaine !

5 comments

  • Jeremy Janin

    février 8, 2014

    Ca c’est du récit. J’ai beau l’avoir suivi quasiment en live et que tu me la racontes plusieurs fois, je ne me lasse pas du récit de cette journée, c’est tellement énorme :) Le coup de chaud a vraiment du piquer quand même, profite de la fraicheur de Montreal :D
    Tes photos sont juste canonissimes, et ta retouche mamma mia :) Mes préférées : 28, 22, 17 je dirais mais c’est vraiment pour me limiter à 3 car il y en a plein d’autres.

  • Big Calm

    janvier 24, 2014

    J’ai un peu fait la danse de la joie en voyant que tes articles sur la Suède reprenaient du service ;D
    Que dire, à part que les paysages sont superbes ? Particulièrement les photos 7 et 17 avec ce lac … Je pense pouvoir affirmer que la Suède est un pays de superlatifs :)
    Et 33°C, c’est super rare ! Mais j’ai cru comprendre que les suédois ont eu cette année un printemps et un été anormalement chauds …

    • Vagabondanse

      février 4, 2014

      Ahahah, la danse de la joie, carrément ?! ;)
      Je crois qu’on est assez d’accord sur le fait que la Suède soit un pays de superlatifs !! Quant à la météo je ne sais pas si c’est super rare, mais concrètement durant tout notre road trip, cela n’a pas été l’unique fois ou nous avons dépassé les 30° !!

  • Иiсo Пдцсlэяt

    janvier 24, 2014

    Rah lala, c’est trop beau !
    Bon par contre t’a été un peu déçue? arf…j’avais vraiment adoré, mais j’étais passé rapidement aussi en voiture, donc je n’ai peut-être pas eu la même vision touristique d’hotels ! Mais ça me donne trop envie d’y retourner !!!

    • Vagabondanse

      février 4, 2014

      C’est grâce à toi que nous y sommes allées, car tu m’en avais parlé et à quel point tu avais adoré. Mais oui, une fois à pieds, il est vraiment dommage que le lieu soit si touristique :/ Les paysages sont superbes, mais de loin, ce n’est pas l’endroit que j’ai préféré ! La prochaine fois que tu passes par là, laisses la voiture de côté !

Leave a Reply