Skip to content

Pacific Northwest : Postcard from Seattle !

Pacific Northwest : Postcard from Seattle !

Seattle ne devait être qu’une porte d’entrée et de sortie à ce road trip. Une excuse pour y arriver et en repartir. Finalement, Seattle sera un coup de coeur et un regret, une envie et une frustration. Seattle sera cette carte postale, celle là même qui fait partie de celles qui nous ont conquise, que l’on envoie avec plaisir. Oui, Seattle fut cette carte postale si riche visuellement et à la fois si mince matériellement, tant la carte est petite par sa plastique et tant je voudrais en écrire à son sujet.

Seattle

Seattle fut une surprise avant d’être un coup de coeur. Dès le hublot de l’avion, dès les premières lueurs de la ville distinguées au loin, jusqu’à ce que la nuit gagne le ciel et que la skyline s’offre pleinement à nous. La lassitude du transport en voyage qui s’étire me gagne. Mon corps me dit stop à la deuxième escale, au troisième avion. Montréal-Chicago-Portland-Seatlle. La fatigue nous guette sur le tarmac de ce dernier aéroport; mais finit par se dissiper dès lors que l’on claque la porte du taxi et qu’il s’engouffre dans la pénombre des environs de la ville, avant de gagner la lumière de celle-ci. J’observe amusée cette première vue de Seattle, celle là même que je connais pourtant bien, tant de fois vue à travers les épisodes de Grey’s Anatomy. Comme une impression de déjà vu…cette fameuse Space Needle. La douceur de découvrir Seattle ainsi pour la première image que l’on imprime dans nos mémoires, dans le carnet de ce beau voyage, et l’impatience de ne faire que la frôler, la contourner pour ce soir et filer à toute allure au nord de la ville, s’écrouler dans la chambre de ce motel, le long de Aurora Avenue N, après y avoir découvert une jolie enveloppe de la part de Visit Seattle sur la table basse, pour profiter de notre séjour comme il se doit.

Seattle (1) Seattle (2)

On s’était fait à l’idée de découvrir Seattle sous la pluie, sous un épais ciel gris, comme on le raconte, comme on le dit. Oui, vraiment, on s’y était fait. Alors non, on n’était pas préparé à avoir si beau temps. Non je n’était pas préparée à commencer si mal ce voyage, en passant cette première matinée, ces premières heures, clouée sur la chaise du petit bureau au fond du couloir de cette banque à batailler au téléphone pour une fichue erreur, une fichue incompréhension, trimbalée de service en service au gré des différents fuseaux horaires. Dans sa ville ou à l’autre bout du monde, tout peut arriver, c’est certain. Néanmoins, quand c’est aussi loin de chez soi, le problème prend des proportions qu’il n’aurait pas pris d’ordinaire. Dans mon malheur, je me bénis d’avoir eu la bonne idée il y a cinq ans d’avoir établi mes comptes dans une banque internationale, car dans dans le cas contraire je n’ose imaginer ce que ca aurait été. Un aléas, le premier de la liste encore vierge de ce voyage. Il y en a toujours, qu’on le veuille ou non. On ne pensait juste pas qu’il arriverait si vite pour ce voyage ci ! Au moins, la case pouvait être cochée et la ligne rayée…c’est fait, suivant !

Seattle (3) Seattle (4)Seattle Downtown (5)Union Station (6)

Oui, Seattle fut une surprise à ses prémices et aurait pu mal tourner avec cet aléas, mais en le prenant à bras le corps, Seattle finit par se détourner en coup de coeur. J’ai claqué la porte de cette banque en y laissant derrière tout ces ennuies en suspend jusqu’au lendemain; en les calfeutrant là-bas pour ne pas entacher Seattle, ne pas les laisser imprégner celle-ci de mauvais sentiments. J’ai claqué cette porte vitrée, ai attrapé sa main et on s’est jeté à corps perdus au creux de cette ville vallonée, à l’assaut de ces grandes rues qui dissimulent de temps à autre ce front de mer d’un côté, ces montagnes de l’autre, au loin. On s’est laissé porter du côté du Downtown et du quartier des affaires, jusqu’à King Street Station pour apprendre finalement qu’il est inutile de prendre une carte de transports, puisqu’il n’y a pas d’avantage, mieux vaut prendre son ticket à chaque fois au conducteur (et les accumuler, les collectionner comme des billets de monopoly!). Un détour oublié, lorsqu’on franchit la porte d’Union Station, cette petite gare avec ce hall si lumineux, cette ambiance presque de cinéma rétro avec cette grande horloge et ces bancs de bois. Le coup de coeur commence à prendre forme, la carte postale se dessine.

Seattle, Pike Place Market (7)Seattle, Pike Place Market (8) Seattle, Pike Place Market (9) Seattle, Pike Place Market (10)Seattle, Pike Place Market (11)

Le soleil cogne, mais on persiste à suivre nos pas à l’air libre, au gré de tout ces croisements de rues et à remonter en direction de Pike Place Market. On se laisse aller à se perdre dans ce bric à brac, cette enchevêtrement de petites boutiques qui vendent tout et n’importe quoi, ce mélange d’origines au gré des différents étages. Un labyrinthe de rencontres, de saveurs et d’odeurs qui atteint pour moi son paroxysme à l’étage supérieur, au niveau de la rue; avec ces poissonniers qui alpaguent le visiteur à gorge déployée en se jetant le saumon de mains en mains jusqu’au comptoir; ces fleuristes et leurs étales sans fin de ces si jolies « peonies ».

Seattle, Pike Place Market (12) Seattle, Pike Place Market (13)Seattle, Pike Place Market (14)Seattle, Pike Place Market (15)Seattle, Pike Place Market (16)

On se délecte de la vue que l’endroit nous offre sur la baie en contre bas et on rit en traversant de l’autre côté, de voir ce grouillement devant la devanture du premier Starbucks. On se laisse tenter par les petits « sprinkles donuts » de Street Donuts et on dévale les rues jusqu’au front de mer. La journée est bien trop belle pour se résigner à ne découvrir Seattle que par la voie terrestre. On s’imagine son joli visage depuis les eaux et on finit par monter à bord de ce bateau et prendre le large. Pour sur, nous n’aurions jamais été de nous même faire ce genre d’excursion, si elle n’avait été comprise dans nos City Pass. Pourtant, quelle erreur nous aurions fait, quand on voit ce à côté de quoi on serait passé !

Seattle (17) Seattle (18)Seattle (21)Seattle (19)SeattleSeattle (22)Seattle (23)Seattle (24)Seattle (25)Seattle (26)

Seattle fut une surprise à ses prémices mais devient sans nulle doute à cet instant précis, un coup de coeur indéniable. Son visage est si variable, ces buildings qui scintillent avec la réverbération, ce motel sur pilotis, cette silhouette si courbe, ces maisons que l’on devine au loin, ces montagnes tout au fond, ce chantier naval, ces grues si majestueuses que je ne cesse de photographier et dont je tombe amoureuse un peu plus à chaque déclenchement d’appareil, cette vue au large, entre ces côtes terrestres, ces quelques voiliers et cette imagination si grande qu’elle nous laisse, de songer à l’immensité de cet océan pacifique qui s’étend, après ce dédale d’îles. On savoure ces embruns marins à plein poumons, ces rayons de soleil qui font rougir quelque peu nos peaux, et on regrette de ne pouvoir rester là l’après-midi durant, de ne pouvoir étirer le temps et la découverte de cette facette de cette Seattle que l’on aime déjà tant.

Seattle monorail (27) Seattle monorail (28) Seattle monorail (29) Seattle monorail (30)

On finit par regagner la terre pour attraper les airs. On se laisse tenter comme des enfants, pour monter à bord du monorail à Westlake Center et faire direction vers la Space Needle. On voulait voir la ville sous ses différents visages, on voulait la connaître sans rien omettre, de quelque manière que ce soit. Le coup de coeur se resserre et on savoure de la découvrir, de la regarder avec un peu de hauteur, avant de l’admirer depuis les sommets. Le soleil commence peu à peu à sombrer et inonde la ville d’une vive chaleur, qui tranche avec cette impression de froideur amenée par l’eau et le ciel si bleu. On tourne en rond pour ne pas perdre une miette de cette vue à 360°, et j’immortalise en dernier souvenir cette belle image, comme sorti d’un téléfilm américain. Je les trouvais si beaux tous les deux, leur chapeau de paille vissé sur la tête et leurs bretelles…

Space Needle (31) Seattle, Space Needle (32) Space Needle (33) Seattle Space Needle (34)Space Needle skatepark (35)Seattle (36)Seattle (37)

Le soleil décline et se disperse au gré des rides de ces jeunes gens dans ce skate park au pied de la Space Needle. On se laisse absorber par les environs, cette végétation, ces jolis parcs, et J. improvise une session photographique avec ces gamins. Il se régale à les photographier autant qu’eux s’appliquent à donner le meilleur d’eux même, le tout sans un mot. Juste des sourires, des regards, la rencontre formelle viendra ensuite. Un doux moment, comme on ne te le soupçonnait pas Seattle. La confirmation d’une belle rencontre entre toi et nous, sur laquelle on tente de mettre des mots en grimpant dans ce bus de la Ligne E RapidRide ou le wifi y est gratuit, pour gagner le motel, avant d’y songer à nouveau et de remettre cela le lendemain.

Seattle (38)Seattle (39)Capitol Hill (40)Capitol Hill (41)Capitol Hill (42)Capitol Hill (43)Capitol Hill (44)Capitol Hill (45)Capitol Hill (46)

En vérité, le coup de coeur est à ton image Seattle, vaste, aux limites floues et lointaines pour nous. Oui, il est à l’image de cette carte postale qui se surcharge, malgré ma petite écriture. A l’image de ce quartier Capitol Hill. De toutes ces rues aux maisons colorées et arborées, de ce parc Cal Anderson et de toutes ses fresques, ou encore de ce café, Lost Lake cafe. Je l’avais griffonné dans mon carnet l’adresse, parmi tant d’autres disséminées à droite à gauche. Une belle et bonne adresse, de celle que l’on recherche, que l’on aime. Une première anecdote à retenir, un petit coup du hasard, déjeuner là sans penser que quelques jours plus tard nous dormirions au fameux Lost Lake dans l’état voisin, en Oregon !

Seattle, Lost Lake cafe (47) Seattle, Lost Lake cafe (48) Seattle, Lost Lake cafe (49)Capitol Hill (50)Capitol Hill (51)Capitol Hill (52)

Seattle ne devait être qu’une porte d’entrée et de sortie à ce roadtrip. Une excuse pour y arriver et en repartir. Finalement, Seattle sera un coup de coeur et un regret, une envie et une frustration. Nous avons mis les voiles en sachant que nous y reviendrions, près de trois semaines plus tard, sans songer que ce serait à nouveau sous ce beau soleil. Oui, sans penser que pourrions en profiter ainsi jusqu’à la dernière minute, sur ce banc, au Gas Works Park, à t’observer Seattle, sous un nouvel angle.

Gas Works Park (53) Gas Works Park (54) Gas Works Park (55)

Regarder amuser ces petits avions amerrir sous notre nez. Oui, sans songer que nous y laisserions là une grande partie de nous, de ce voyage, en rencontrant Braddley et ses copains. Ce grand roux à la silhouette élancée avec ses petites lunettes rondes, voyageur sur les routes comme nous, qu’on aidera à démarrer et qui nous confiera avoir acheté à des français à Yosemite quelques semaines auparavant, un réchaud électrique; et qui nous rachètera pour une somme symbolique nos deux matelas avec en prime et cadeau nos deux petits oreillers.

Seattle (56) Seattle (57)

Oui, Seattle ne devait être qu’un saut de puce dans ce voyage, l’excuse pour y louer notre voiture et la rendre. Finalement, on y aura laissé beaucoup de nous. Seattle fut le point de départ de ce voyage, mais aussi de notre série photographique « Huit et Demi ». Oui, elle fut un coup de coeur indéniable, aussi fugace qu’intense. Seattle fut cette carte postale trop petite tant il y avait à y contenir. Elle fut cette envie prise sur un coup de tête d’y atterrir, et cette frustration de ne pas y rester plus, de ne pas la découvrir dans son intégralité. Seattle ne devait être qu’une porte d’entrée et de sortie…elle sera en fin de compte, une promesse. La belle promesse d’y revenir. <3

( Canon AE-1 & Canon FTb QL – Potra 160/velvia 50/Color 100/Fuji superia 200/Kodak Max 400 (périmée) )

 

13 comments

  • Katia

    octobre 20, 2014

    Tu accumules les destinations,les jolis voyages remplis de belles rencontres,de belles surprises, de beaux paysages; et je n’imagine même pas le temps que cela demande en amont et en aval.Choisir la destination, choisir les étapes,dessiner et créer le road trip.Cela doit demander un temps fou.Et savourer sur place, laisser libre cours à l’imprévu aussi.Faire de magnifiques photos (dis je peux t’emmener dans ma valise le jour où je pars? :p ),tout noter dans ton précieux carnet pour en garder de merveilleux souvenirs, pour graver chaque miette, chaque anecdote, chaque sentiment, et ne rien oublier.Et rentrer, tout trier et trouver tes mots pour nous raconter tout ça, comme tu sais si bien le faire.Oui je sais que tu y passes un temps fou, et quel plaisir de se plonger dans tes souvenirs si joliment mis en page ^^
    Je rêverai de voyager, de découvrir le monde.Après deux ans sans partir en vacances, j’en ressens cruellement le besoin!Avec de nouveaux projets, on part peut-être sur une troisième année sans vacances, enfin tout du moins sans partir :/
    J’ai enfin de partir découvrir le monde, de découvrir ce sentiment de liberté, d’émerveillement face aux imprévus et jolis surprises que procure un voyage; si seulement on n’avait pas peur tous les deux de reprendre l’avion…Lui parce que juste il a peur de l’avion, moi parce que j’ai juste peur d’être à nouveau aussi malade et mal que lors de ce premier vol, tout petit pourtant.Ah cette fichue trouille nous en fait rater des choses….En tous cas ce voyage par procuration avec toi c’est déjà génial!

  • Big Calm

    septembre 11, 2014

    Je dois te dire que j’attendais avec (presque) autant d’impatience le début de ce carnet que celui sur la Suède.
    Et, c’est vrai que contre toutes apparences, Seattle a l’air de valoir le coup … en tout cas tes photos donnent envie.
    J’attends la suite dans l’Oregon qui, personnellement, m’attire depuis un bout de temps maintenant … en particulier pour Portland et comme je vois que tu n’as pas particulièrement apprécié la ville, j’ai hâte de savoir pourquoi ;-)

    • Vagabondanse

      septembre 18, 2014

      Wow, je n’aurais pas cru que tu l’attendrais avec autant d’impatience que celui de la Suède, mais cela fait plaisir à lire :) J’espère ne pas trop te décevoir avec Portland :/ En vérité, le souvenir est en demi-teinte…mais patience, je raconterai cela très rapidement :)

  • Jeremy

    septembre 11, 2014

    On y retourne quand tu veux ! Et cette fois, plus longtemps parce qu’il nous reste quelques Starbucks à tester, j’ai déjà oublié le goût du Frappuccino Vanilla Bean :D Et puis la balade en bâteau, on avait dit qu’on la referait aussi :) <3

    • Vagabondanse

      septembre 11, 2014

      Hahaha, grave ! L’excuse : on n’a pas eu le temps de tester tous les stabucks de la ville :p ^^ va falloir qu’on se fixe l’objectif d’y revenir avant de quitter le sol canadien :)

  • Lisa

    septembre 11, 2014

    Super article et superbes photos! Comme toujours j’ai envie de dire! ^^
    Tu fais comment pour insérer tes titres (ici Seattle Wahsington) sur des photos? Tu utilises quel logiciel? Merci d’avance pour ta réponse. J’adore ce que tu fais! ;)

    • Vagabondanse

      septembre 11, 2014

      Oh bah, merci merci Lisa :) Il ne faut jamais rien prendre pour acquis, mais c’est toujours bien agréable de l’entendre !
      En ce qui concerne la cover, le graphisme est fait sous photoshop tout simplement ! ;)

  • LadyMilonguera

    septembre 11, 2014

    Et bien… après un tel article, on ne peut qu’avoir envie de la découvrir à notre tour !

    • Vagabondanse

      septembre 11, 2014

      Mission accomplie alors ! :D Je ne rêve que d’une chose : y retourner !!

  • Corinne (Couleur Café)

    septembre 11, 2014

    On ne parle pas beaucoup de cette ville, et pourtant, on a envie de la découvrir !!

    • Vagabondanse

      septembre 11, 2014

      Je suis bien d’accord avec toi Corinne, on n’en parle que trop peu. Pourtant elle vaut le coup d’oeil et que l’on s’y attarde :)

  • Severine - Native du Monde

    septembre 11, 2014

    Très jolies photos! Je ne connais pas cette ville, et je ne m’y suis jamais intéressée à vrai dire… Mais cet article me donne envie de faire une escapade à Seattle, et d’admirer cette ville à l’apparence si froide et si chaleureuse.

    • Vagabondanse

      septembre 11, 2014

      J’étais comme toi Séverine avant d’y mettre les pieds. Je n’y serais surement pas allée de moi même, n’en avais qu’une idée sombre, froide, pour cette ville que je voyais bien au nord, rincée par la pluie, à l’ambiance plus morose qu’autre chose. Et pourtant…quelle surprise à l’arrivée ! Il est évident que la météo que nous y avons eu à fortement joué dans la balance, mais même sans cela, Seattle est vraiment une ville incroyable et mérite qu’on s’y attarde :)

Leave a Reply