Skip to content

Égypte : la beauté des paysages du Nil.

Égypte : la beauté des paysages du Nil.

Comment évoquer une croisière sur le Nil sans mentionner la beauté des paysages du Nil ?! Impossible. Impossible tant l’un est indissociable de l’autre. Tant ils sont intrinsèquement liés. Certains opteraient même pour ce voyage, uniquement pour pouvoir s’abreuver de ces derniers tant ils sont à eux seuls, un voyage dans le voyage au coeur de l’Egypte. Aujourd’hui, c’est une nouvelle carte postale que je vous propose d’écrire, à la rencontrer des merveilleux paysages du Nil. ♡

Les paysages du Nil

Égypte : la beauté des paysages du Nil.

Dès le début de ce voyage, de cette croisière sur le Nil, le tempo fut donné. Dès ce premier réveil en ouvrant les rideaux de la chambre et apercevant les montgolfières s’élever dans l’orée du jour, dominant la vallée des Rois, nous savions que nous allions en prendre plein les yeux au cours des prochains jours. Seulement, nous étions bien loin du compte, bien loin de nous imaginer à quel point nous serions littéralement captivés par ces paysages du Nil, par la beauté, la diversité, la grandeur, la multitude ou à l’inverse, la rareté de ces derniers. Ils ont été un tel coup de coeur, que je ne pouvais pas ne pas leur consacrer un article, leur écrire une douce carte postale, à leur image. De l’aube jusqu’au crépuscule, les yeux se sont écarquillés et l’appareil photo n’a cessé de déclencher.

Les paysages du Nil

La beauté des paysages du Nil : à l’aube.

Les premières lueurs donne le la. À chaque nouvelle escale du Steam Ship Sudan, c’est un nouveau spectacle qui s’offre à nous, un tout nouveau tableau qui se dessine sous nos yeux, jamais rassasiés. C’est une palette colorée à laquelle on s’habitue avec joie, teintée d’un camaïeu de bleus qui n’aura de cesse de nous suivre tout au long de la croisière. Il faut dire que dans notre malheur de tomber PILE pendant une semaine de vague de chaleur avec des températures allant au-delà des 45-47°C (à l’ombre bien sur !!), nous avions la chance d’avoir une météo idéale avec ce soleil rayonnant et ce ciel souvent éparse ou clairsemé ci-et-là timidement par quelques cumulus.

Les paysages du NilLes paysages du Nil

Les matins nous offrirons de jolis paysages du Nil emplis de douceur, et comme souvent, de reflets brouillés. Une ambiance particulière et que l’on chérit fort en partant de si bonne heure, à la fraîche, pour visiter les temples. Il y a ce calme plat si plaisant à observer, celui là-même qui enrôle les premières effluves matinales, les premiers embruns, les premiers gestes du quotidien.

Les paysages du Nil Les paysages du Nil Les paysages du Nil Les paysages du Nil

Le Nil ondule, les clapotis contre la coque du bateau deviennent lancinants. Une douce mélodie s’installe et on commence à y prendre goût au fil des heures, des premiers jours, des premières notes. La descente du Nil entre Louxor et Assouan offre une succession de tableaux plus beaux les uns que les autres, avec parfois aussi, un soupçon de désillusion. Comme ici, sur la photo ci-dessus, avec la vue de bateaux pour touristes à l’arrêt. Je ne m’attendais pas un instant à cela, que de se rendre compte qu’en juin 2016 la situation était aussi catastrophique. Pendant toute notre navigation nous n’avons croisé qu’un seul et unique bateau, et ce, vers la fin du voyage, aux portes d’Assouan. Fait rare et qui serre le coeur, tant on comprend à quel point l’économie du pays est durement touchée par la désertion des touristes. On chérit de ce fait encore plus cette chance que nous avons, d’avoir le fleuve, la beauté de ces paysages du Nil, juste pour nous. C’est si fou.

Les paysages du Nil Les paysages du Nil

De bâbord à tribord notre coeur balance. On savoure chaque recoin du bateau pour en apprécier un nouveau tableau sur les rives du Nil, de la proue à la poupe, des coursives jusqu’aux transats de la terrasse supérieure. La faible vitesse du Steam Ship Sudan nous donne tout le loisir de pouvoir se délecter de ces images qui défilent, s’en abreuver jusqu’à plus soif. Imprégner notre rétine jusqu’à en perdre la tête. Accumuler, encore et encore tous ces si jolis tableaux qui se dépeignent sous nos yeux enfantins.

Les paysages du NilLes paysages du Nil

Les paysages du Nil

La beauté des paysages du Nil : au zénith.

Je pensais naïvement me lasser des paysages du Nil. Je pensais avec utopie dès les premiers tableaux, les premiers coups d’oeil, les avoir (tous) vu. Quelle idée ! Je ne pouvais imaginer que cette carte postale serait si dense, si variée, si colorée, de l’aube au crépuscule en passant par le zénith.

Les paysages du Nil

Il y avait quelque chose de fascinant à naviguer ainsi sur le fleuve et admirer les paysages du Nil changer au fil des heures, de la lumière ambiante. N’ayant pas une once le pied marin, je craignais le mal de mer, alors quelle ne fut pas ma surprise en découvrant un tout autre tableau sous un soleil zénithal. Jamais je n’aurais pu penser, imaginer le Nil comme un miroir. Un miroir limpide comme on peut en voir sur un lac. Non, vraiment, jamais, après la vision à l’aube je n’aurais pu songer un moment que le Nil pouvait aussi s’apprécier ainsi, dans un calme visuel assourdissant. Il y avait une telle beauté qui en rayonnait. Tout semblait comme figé, à peine ébranlé par le passages de quelques petites barques. Par endroit, le Nil se jouait littéralement de nous, à ne plus distinguer terre et ciel tant cela se reflétait dans une osmose parfaite.

Les paysages du Nil

Les appareils crépitent, les souvenirs se forment et s’emmagasinent avant que les remous ne reviennent, que la vie ne reprenne le dessus. À l’instar de ce Nil miroir, c’est irréel de naviguer ainsi, en ayant cette sensation si forte, si envoutante d’avoir l’Egypte à ses pieds, les paysages du Nil au bout des doigts, juste pour soi. Il y a forcément, des petits airs de roi (reine) du monde…!

Les paysages du NilLes paysages du Nil Les paysages du Nil Les paysages du NilLes paysages du NilLes paysages du Nil

On se délecte sans penser un instant à retourner s’enfermer dans sa cabine ! Je suis littéralement subjuguée face au changement de décor si mouvant. Voir à quel point les paysages du Nil oscillent et vacillent d’une rive à l’autre, d’un kilomètre à l’autre. L’oeil à parfois à peine le temps de s’habituer à un tableau, qu’un autre vient le supplanter aussitôt. Les palmeraies s’enchaînent et soudain, le désert semble surgir de nul part, le relief grimpe et devient même parfois rocailleux. Un balais incessant, pour notre plus grand bonheur.

La beauté des paysages du Nil : au crépuscule.

Un bonheur immense, à  l’image du balais incessant que cela revêt. De l’aube jusqu’au crépuscule, la surprise demeure. La note chancelle sur la partition mais pour nous émerveiller de plus belle. On dit souvent qu’on peut/croit connaître un lieu, mais en réalité on ne cesse de le (re)découvrir à chaque instant, chaque minute de la journée, tant la lumière joue dans la balance, tant il peut varier sous celle-ci. Les paysages du Nil en sont le plus bel exemple !

Les paysages du Nil

Les paysages du NilLes paysages du NilLes paysages du NilLes paysages du NilLes paysages du Nil

Ai-je nécessairement besoin de vous préciser noir sur blanc, que c’est à l’orée du crépuscule que je les ai particulièrement aimé ?! :) Chaque soir c’était le même coup de coeur, le même rituel à finir la journée dans un coin du bateau, souvent sur la terrasse supérieure pour regarder le soleil décliner, admirer ce dernier qui nimbait ces paysages d’un voile si doux. Retrouver en quelque sorte, ce calme du matin, mais d’une toute autre manière. À mesure que le crépuscule s’installait, les paysages du Nil se métamorphosaient. La palette colorée du matin semblait tantôt se teinter dans un camaïeu de jaunes, puis de verts ou encore de bleus intenses. Un énième tableau prenait vie et sens sous nos yeux ébahis, comblés.

Les paysages du Nil

Les paysages du NilLes paysages du Nil Les paysages du Nil

Cette croisière, c’est aussi l’occasion parfois d’approcher au plus près des rives, comme si l’on pouvait frôler du bout du doigt ces paysages du Nil, en ressentir les moindres aspérités. C’est pouvoir en détailler les moindres petits détails, en admirer les plus infimes subtilités. Le plus fou, c’est de se dire que nous étions plusieurs, sur ce même bateau, faisant cette même croisière, ensemble; sans pour autant en avoir vu la même chose. C’était fou, sur le moment même, du fait souvent de la différence des paysages du Nil d’une rive à l’autre, d’entendre les discours des uns et des autres; voire même au retour, de découvrir les photos et tomber des nues devant certains paysages qui nous ont échappés. Nous avions beau passer d’un bord à l’autre du bateau constamment pour n’en louper aucune miette, l’exercice ne pouvait être indéfiniment exhaustif. Il était évident qu’il y aurait certaines choses à côté desquelles nous passerions les uns les autres. Je me souviens notamment, de la vue en photos de ces décors taillés dans la roche à même le bord de la rive, sorte de temples troglodytes, et à côté desquels je suis totalement passé en vrai (pour mon plus grand regret!).

Les paysages du NilLes paysages du Nil Les paysages du NilLes paysages du Nil

La proximité avec la rive, c’est aussi pouvoir assister à ces bribes du quotidien. Apercevoir ces villages, distinguer ces maisons, entendre les gens appeler et faire signe en nous voyant passer, ou encore voir les enfants courir le long du bord. Des moments uniques que seul le Nil peut offrir et qu’il est si plaisant d’observer, de partager même un temps furtif soit-il, et d’immortaliser dans l’objectif. Des petits villages croisés ci-et-là comme pour parfaire à la monotonie utopique des paysages du Nil !

Les paysages du Nil Les paysages du Nil

Nous étions bien loin de nous imaginer à quel point nous serions littéralement captivés par ces paysages du Nil, par la beauté, la diversité, la grandeur, la multitude ou à l’inverse, la rareté de ces derniers. Des moments aussi précieux et magiques à vivre, ressentir et retranscrire dans un coin du carnet le soir venu; sur cette carte postale virtuelle que je vous ai proposé aujourd’hui. Ô oui, une croisière sur le Nil est un voyage en soi, captivant. Mais, la beauté des paysages du Nil est un doux voyage dans le voyage, tout aussi envoutant. ♡

Vous pouvez retrouver tous les articles de ce voyage en cliquant juste : ICI !


Un immense merci à Voyageurs du Monde pour cette invitation rêvée et leur confiance, ainsi qu’à mes compagnons d’aventures (coucou la #TeamPyramides ! ) pour avoir rendu ce voyage si mémorable et sans qui l’aventure n’aurait pas été la même !

6 comments

  • Jules - Rotdenken

    juin 8, 2017

    Je n’ai pas fait de croisière sur le Nil, mais j’ai adoré ton récit. Je ne suis pas étonné de ta préférence pour le crépuscule… Cette lumière, chaude, intense qui sublime tout ce qu’elle touche. Ces paysages sont tous différents et tout magnifiques à leur manière, les rives des villages, les montagnes, les berges désertiques… De sublimes cartes postales.

    • Vagabondanse

      juin 11, 2017

      Je ne pouvais rêver mieux que de découvrir pour la toute première fois l’Egypte ainsi, par une croisière sur le Nil. Je ne peux que te recommander celle-ci, car l’expérience n’en est que plus magique et inoubliable !! Je ne pensais vraiment pas pourvoir observer une telle diversité de paysages, c’était juste fou. De sublimes cartes postales, comme tu dis :) Qui donne envie d’en écrire de nouvelles, encore et encore !

  • Sophie

    mai 17, 2017

    Hello Samantha,
    Je suis tombée sur ton article sur le Nil (et sur ton blog par la même occasion ^^) et j’y ai vraiment retrouvé l’atmosphère que j’avais ressentie lorsque j’avais fait une croisière sur le Nil il y a quelques années. C’était très très apaisant de regarder les berges défiler, les felouques, les palmiers….*nostalgie*
    Merci pour ce petit flash back :-)
    Sophie

    • Vagabondanse

      mai 18, 2017

      Le hasard fait bien les choses alors ! Merci beaucoup Sophie à toi pour ce petit mot et bienvenue par ici alors :) Sincèrement, je serais bien incapable de dire et quantifier le nombre d’heures que j’ai passé les yeux rivés vers ces paysages. Je ne pouvais pas espérer plus belle manière de découvrir l’Egypte, qu’à travers cette croisière. ♡

  • Lifestyle Ade

    mai 17, 2017

    J’ai également fait une croisière sur le Nil il y a presque 10 ans de ça maintenant (olala, ça date !) et j’en garde des souvenirs tout simplement magnifique ! Tes photos sont très belles et me rappelle ces paysages captivant. Un voyage très enrichissant :)

    • Vagabondanse

      mai 18, 2017

      Merci Adeline ! :) C’est fou ce qu’un voyage en Egypte marque. Même après dix ans ;) Les années filent mais les souvenirs restent plus que jamais présent et on a encore ce doux sentiment que c’était hier :) Comme toi, j’en suis revenue avec le sentiment d’un voyage ô combien enrichissant !

Leave a Reply